Des taxis amateurs dans les campagnes délaissées par les transports ?

12 Mai, 2018, 19:39 | Auteur: Basile Toussaint
  • Des taxis amateurs à la campagne le gouvernement y pense sérieusement

Cette mesure devrait s'inscrire dans la future Loi d'orientation sur les mobilités (LOM), présentée à l'automne au parlement. Une chose est sûre: selon le quotidien économique Les Echos, une mesure consistant à autoriser des particuliers à avoir une activité rémunérée de transport de personnes a été présentée hier aux organisations du secteur, qui étaient réunis au ministère des Transports. Par ailleurs, les zones où ces taxis amateurs pourraient circuler seront délimitées avec précision: ils devraient se concentrer uniquement sur les territoires ruraux où la voiture représente le seul mode de déplacement en raison d'un réseau de transport en commun insuffisant, voire absent. L'idée n'est pas tout à fait nouvelle: elle avait été évoquée lors des Assises de la mobilité en décembre dernier.

Aura-t-on bientôt des taxis amateurs dans les campagnes?

Cette nouvelle forme de transport à la demande sera réservée "aux territoires ruraux à faible densité de population", qui souffrent de "l'inexistence, l'insuffisance ou l'inadaptation de réseaux de transports publics collectifs", précise Les Echos. Pas question donc de venir concurrencer les VTC et les taxis en milieu urbain, comme l'avait fait la jeune pousse Heetch, avant d'être sévèrement condamné par la justice il y a un peu plus d'un an.

Syrie: escalade militaire entre Israël et l'Iran, la communauté internationale inquiète
Moscou a affirmé que l'armée israélienne avait tiré environ 70 missiles, dont une soixantaine à partir de 28 avions F-15 et F-16. Or, pour Benyamin Netahyanou, "mieux vaut maintenant que plus tard", avant que l'Iran ne se procure la bombe nucléaire.

Les candidats devront remplir plusieurs critères: obtenir une autorisation de la part de leur commune ou leur groupement de commune, avoir un casier judiciaire vierge, et ne pas dépasser un plafond annuel dont le montant reste encore inconnu. Le but est de leur permettre de prendre en charge des clients dans les zones où les taxis sont rares, chers, et servent en réalité à prendre en charge le transport de malades, aux frais de la Sécurité sociale.

Selon un participant à la réunion, les représentants de la profession se sont tout de même montrés unanimement critiques. Et s'il s'agit d'augmenter l'offre de transport, alors il faut mettre en circulation de nouvelles licences. "Si cette mesure passe, ce sera encore plus simple pour eux de passer entre les mailles du filet ", redoute un taxi.

Recommande: