Attentat au couteau à Paris: la Tchétchénie, filon djihadiste de Daech

14 Mai, 2018, 10:44 | Auteur: Armand Coulomb
  • Attaque au couteau dans le centre de Paris: ce que l'on sait

Dimanche, un de ses amis, né comme lui en 1997, a été interpellé et placé en garde à vue à Strasbourg, une ville où il a vécu plusieurs années avant d'arriver à Paris avec sa famille, selon une source judiciaire.

Selon des témoignages et une photo vue par Reuters, l'assaillant était vêtu de noir, brun et barbu. Naturalisé en 2010, il a grandi à Strasbourg, dans le quartier populaire d'Elsau où vit une importante communauté tchétchène. Le domicile familial, rue Pajol dans le XVIIIe arrondissement, a été perquisitionné, selon une source proche du dossier.

Le jeune homme n'avait pas d'antécédent judiciaire, mais était connu des services de renseignements français. "Le jeune homme avait été "entendu il y a un an par la section antiterroriste de la brigade criminelle, car il connaissait un homme lui-même en lien avec quelqu'un parti en Syrie", a rapporté une source proche de l'enquête". Moins de 20 minutes plus tard, il est abattu par la police après avoir tué un homme et blessé quatre personnes. Daech a revendiqué l'attentat via son organe de presse, même s'il est difficile de savoir si l'Etat islamique a vraiment contribué à un moment donné à l'élaboration de l'attaque (ou s'il s'agit simplement d'une revendication "opportuniste").

Le président Emmanuel Macron a déploré que la France payait " une nouvelle fois le prix du sang ", mais assuré qu'elle ne céderait " pas un pouce aux ennemis de la liberté ". "Une " exceptionnelle réactivité " qui a permis d'éviter " un bilan plus lourd", a salué le Premier ministre, Édouard Philippe.

L'hypothèse terroriste demeurait privilégiée par le procureur de Paris François Molins, en raison notamment des cris " allahou akbar " lancés par l'assaillant alors qu'il frappait ou poursuivait des victimes choisies au hasard dans ce quartier animé, dont les bars, restaurants et théâtres sont très fréquentés le samedi.

Un homme prend d'assaut la scène de l'Eurovision en plein direct (vidéo)
Sur les images ci-dessous, on voit clairement l'homme se précipiter vers la chanteuse et lui prendre le micro des mains. Samedi soir, la finale de l'Eurovision a été le théâtre d'un incident au beau milieu de la prestation britannique.

Ils le rattrapent. Les voyant arriver à sa hauteur, l'agresseur se dirige vers eux et les menace: "Tire, tire, je vais te planter!"

Un agent a alors fait usage d'un pistolet à impulsion électrique pour maîtriser l'assaillant. Puis un deuxième fonctionnaire de police lui a tiré dessus à deux reprises, le blessant mortellement, selon une source policière. L'agresseur " s'est approché calmement, ça contrastait avec la panique qu'il y avait autour de lui, les gens qui criaient et couraient. "Il a dit "Allah Akbar", deux fois, tout doucement, c'était glaçant", raconte un témoin. Ils ont été conduits aux urgences de l'Hôtel-Dieu.

La droite et l'extrême droite, qui depuis l'attaque meurtrière de Carcassonne et Trèbes (Aude) le 23 mars ont durci leurs critiques envers l'exécutif, ont demandé des "actes".

"Maintenant nous attendons une information essentielle", a asséné la dirigeante du FN Marine Le Pen: "Par quelle filière ce terroriste islamiste et sa famille sont-ils présents sur notre territoire?"

Recommande: