Pepy réaffirme qu'il n'y aura pas de privatisation — SNCF

15 Mai, 2018, 15:31 | Auteur: Basile Toussaint
  • Le gouvernement a toujours assuré qu'aucune privatisation de la SNCF n'était au programme

Alors que la polémique sur un projet caché de privatisation refait surface, Édouard Philippe a réaffirmé ce mardi dans un entretien au Monde que la SNCF restera une entreprise publique, précisant que "la loi sera sans ambiguïté" sur ce sujet. "Mais comme on ne veut laisser aucune place au fantasme de la privatisation, on inscrira "incessibilité", a-t-il poursuivi, précisant en avoir discuté "hier" dimanche avec la ministre des Transports Elisabeth Borne.

Ce compte-rendu déroule également les éventuels amendements que pourrait déposer le ministère des Transports dans les mois à venir, à savoir la gestion des gares, qui pourrait être confiée à une filiale détenue par SNCF Réseau, la date d'ouverture à la concurrence en Île-de-France, prévue en 2033, qui pourrait être avancée d'un an mais aussi un rapport gouvernemental sur "l'état du réseau et les lignes les moins circulées".

"Nous pouvons discuter pour améliorer le texte"J'ai exprimé aux organisations syndicales ma fermeté sur certains sujets: l'ouverture à la concurrence, la transformation de l'entreprise et la fin du recrutement au statut. Nous ne reviendrons pas dessus", affirme Édouard Philippe". On dira deux fois la même chose. Le projet de loi sur la réforme ferroviaire arrivera le 23 mai en commission au Sénat, puis le 29 dans l'hémicycle.

La RATP donne une amende à des touristes perdus dans le métro
Dans les stations et gares, certains couloirs ne sont en effet utilisables que dans un seul sens afin de faciliter les flux. Cela est matérialisé à l'entrée du couloir concerné par un panneau avec un sens interdit.

"Si c'est la façon de se faire comprendre, pas de problème, on peut le mettre dans la loi." a-t-elle indiqué.

Le Premier ministre est également revenu sur les autres mesures de la réforme, se montrant là aussi catégorique. "C'est une conception très particulière de ce que doit être un mouvement social", dit-il". "Après, il y a un débat parlementaire et si la loi est votée, ça devient la loi et elle s'impose à tous", a-t-il ajouté.

Recommande: