Grasse : des détenus mineurs percent des murs pour tabasser un codétenu

17 Mai, 2018, 15:00 | Auteur: Armand Coulomb
  • France 3 Côte d'Azur

Incroyable mais vrai! Les faits se sont produits la semaine dernière, dans la nuit de jeudi à vendredi, à la maison d'arrêt de Grasse, dans le quartier des mineurs, au nez et à la barbe des surveillants.

Les jeunes passe-murailles ont percé les murs de pas moins de huit cellules, dans la nuit du 10 au 11 mai, à l'insu des surveillants effectuant les rondes de nuit, selon cette source qui a confirmé une information de France Bleu Azur. Ils se sont servis de la structure en métal d'une douche pour abattre une partie des murs, jusqu'à la cellule de la victime. "Les murs n'étaient pas solides, on s'est aperçu, dix centimètres de parpaing", a-t-elle ajouté. Certains détenus auraient refusé d'être complices de l'opération. "Le service du matin a trouvé le mineur sur son lit, le visage tuméfié et il y avait un trou énorme dans le mur qui le séparait de la cellule d'à côté". Arrivé dans la cellule voisine, il a creusé avec l'aide du détenu de celle-ci le mur le séparant de la troisième cellule. Des trous jusqu'à 1m80 de haut ont ainsi été formés dans les murs.

C'est là que les sept détenus sont tombés sur le jeune homme de 17 ans et l'ont tabassé. "La victime s'en sort fort heureusement seulement avec des points de suture".

Payet, Germain, Mandanda, Zambo… Les regrets de Garcia — OM
Nous avons commis une erreur sur notre relance et la construction de départ de l'action qui nous a coûté l'ouverture du score. L'histoire de notre finale, c'est aussi celle de trois ou quatre joueurs qui n'étaient pas sûrs de pouvoir débuter.

Deux enquêtes distinctes ont été ouvertes après cette agression, une administrative et une judiciaire afin de faire toute la lumière sur les circonstances de ce fait divers.

Le parquet de Grasse a été saisi et une enquête est ouverte par l'inspection pénitentiaire pour déterminer s'il existe des failles dans la structure ou si une erreur professionnelle est à l'origine de l'incident.

Recommande: