La mort d'un étudiant après de violentes manifestations embrase les universités — Sénégal

17 Mai, 2018, 01:15 | Auteur: Armand Coulomb
  • Manifestation des étudiants au Sénégal

Une autopsie a été ordonnée pour déterminer les cause du décès, selon les autorités.

" Fallou Sène venait de se marier il y a juste deux semaines", raconte le mari à sa sœur".

J'ai instruit le gouvernement de faire toute la lumière et de situer les responsabilités.

Etudiant tué "par balle"?

"Dans ces conditions, l'assassinat d'étudiants relève de la responsabilité personnelle du chef de l'Etat M. Macky Sall, qui devra, le moment venu, rendre des comptes au peuple sénégalais", a indiqué le Pds, qui ajoute dans son communiqué, que ce crime est intervenu contre les étudiants qui réclamaient vainement le paiement de leurs bourses et qui ont, en désespoir de cause, décidé de rentrer dans les restaurants universitaires pour se nourrir. Il a été mortellement atteint par balle alors qu'un autre étudiant serait en salle de réanimation à l'hôpital de Saint-Louis, entre la vie et la mort, selon une radio privée de la place.

"Nous regrettons tout d'abord cet incident qui est survenu aujourd'hui (mardi 15 mai 2018) à Saint-Louis".

La justice belge refuse l'extradition de trois indépendantistes catalans
L'ex-président catalan est en Allemagne et attend également d'être fixé sur son sort. Les demandes de remise à l'Espagne avaient à nouveau été formulées le 23 mars.

Un syndicat de l'enseignement supérieur a appelé mercredi soir à la démission du recteur de l'université de Saint-Louis. "Ici au Sénégal, les libertés sont bafouées, les étudiants ne sont pas respectés". Cheikh Diouf, étudiant lui aussi, laissera exploser sa colère.

Ils sont prêt à nous tuer, donc nous, nous prenons ce que la constitution nous a donné qui est tout simplement le droit à la grève, et nous allons occuper les rues, nous allons bloquer le système, jusqu'à ce que tout celà se termine parce que nous en avons ras le bol.

Dans l'université, divers débris jonchaient le sol au milieu de documents administratifs vandalisés, de portes et vitres brisées, après le passage des étudiants, selon la même source.

Peu après ce drame, les étudiants des universités publiques de Dakar, Ziguinchor et Bambey ont organisé de violentes manifestations ponctuées d'affrontements avec les forces de l'ordre pour exprimer leur indignation.

Des étudiants ont lancé des pierres sur les forces de l'ordre, mais aussi sur des voitures passant à proximité, brisant plusieurs pare-brise et occasionnant un gigantesque bouchon sur l'un des principaux axes pour quitter le centre-ville.

Recommande: