L'impact de la pollution pendant la grossesse coûte 1,2 milliard d'euros

17 Mai, 2018, 01:37 | Auteur: Thibaud Popelin
  • L’Inserm affirme que la pollution atmosphérique a un impact sur la santé des fœtus

Des chercheurs de l'équipe d'épidémiologie des maladies allergiques et respiratoires de l'Inserm, ont ainsi estimé qu'une exposition à la pollution lors de la grossesse peut entraîner des retards de croissance sur le fœtus. D'après ces épidémiologistes, les particules fines - PM2,5, de moins de 2,5 micromètres de diamètre - ont une grave incidence sur les bébés. Pour la moitié d'entre eux, cette hypotrophie s'explique par une exposition de la mère aux particules atmosphériques.

Un poids insuffisant peut être à l'origine de handicaps pendant toute la vie. Cette malformation provoque par la suite une série de conséquences sur le développement, allant jusqu'à des retards moteurs ou intellectuels de développement, pour un enfant sur quatre.

Une étude scientifique met en évidence le coût économique exorbitant de la pollution atmosphérique. Le coût total pour la collectivité durant la grossesse ainsi que les répercussions sur l'enfant est, lui, évalué à 1,2 milliard d'euros par an. " Il est nécessaire de mettre en place de vraies politiques d'amélioration de la qualité de l'air pour les générations futures ", conclut Isabella Annesi-Maesano, chercheuse directrice de recherche Inserm en charge de l'étude. "Les coûts restants (garde des enfants à domicile, absentéisme parental, éducation spécialisée ...) restent à la charge des familles".

Des chercheurs dévoilent deux nouvelles pages du journal d'Anne Frank
Le Journal ait par ailleurs l'objet d'une bataille juridique pour savoir si le texte est entré ou non dans le domaine public . Sans peur ni pudeur, elle a ainsi rédigé quatre blagues assorties de 33 lignes sur l'éducation sexuelle et les prostituées.

La pollution de l'air, néfaste pour le développement du foetus, fait qu'environ un bébé sur 100 en France naît avec un poids anormalement bas, ont affirmé mardi des chercheurs de l'Inserm.

L'équipe Inserm/Sorbonne Université de l'EPAR s'est intéressée aux coûts associés à la prise en charge de l'hypotrophie due à la pollution particulaire émise par les activités humaines.

La pollution a des conséquences sur la santé et les femmes enceintes y sont particulièrement vulnérables.

Recommande: