Payet, Germain, Mandanda, Zambo… Les regrets de Garcia — OM

17 Mai, 2018, 11:27 | Auteur: Mathilde Kaplan
  • Pin	 Supporters utilisant des fumigènes lors de la finale de l'Europa League. AFP							Whatsapp			Twitter			Facebook			Commentaires 0

Rudi Garcia et l'OM, qui se présentaient en finale de la Ligue Europa avec le statut d'outsider, ne sont pas parvenus à faire flancher l'Atlético Madrid.

"On a laissé passer notre chance en première période", a résumé l'entraîneur Marseillais en conférence de presse. Nous avons commis une erreur sur notre relance et la construction de départ de l'action qui nous a coûté l'ouverture du score. En deuxième mi-temps, ils ont haussé leur niveau et ça a été difficile pour nous. En effet, il y a plus d'expérience de leur côté et il y a aussi des joueurs dont on connaît tous la valeur. " Sur ce genre de match, il faut avoir ses meilleurs joueurs au meilleur niveau". Il ne faut pas rougir de cette défaite. Ce soir, sa blessure ne s'est pas aggravée. "Sur ce genre de match, c'est le genre de risques à prendre", a-t-il ainsi affirmé après avoir expliqué qu'il espérait qu'"il soit proche des 100%". Il allait mieux de jour en jour. Nous avons testé ce matin mais il avait une appréhension pour jouer libéré et frapper fort dans le ballon. Il était tout simplement trop juste pour être à 100 %.

Les Etats-Unis isolés au Conseil de sécurité de l'ONU — Violences israéliennes
Bush , rappelle le journal dans son éditorial, la différence est que Donald Trump a concrétisé sa promesse de campagne". C'est l'un des responsables du Hamas, Khalil al-Hayya, qui a confirmé que cette marche serait assurée, selon l'AFP .

Pensez-vous que la sortie de Payet a été le tournant de votre match? Même diminué, il a fait une passe décisive, ou qui aurait pu être décisive, pour Valère Germain. On a perdu un formidable tireur de coups de pied arrêtés. "L'Atlético, même s'il ne prend pas beaucoup de buts, en prend quelques uns sur phases arrêtées". L'histoire de notre finale, c'est aussi celle de trois ou quatre joueurs qui n'étaient pas sûrs de pouvoir débuter. Il fallait faire des choix.

Un discours optimiste qui ne reflète pas l'impression que nous a laissé Dimitri Payet. Le fait de perdre Dimitri a été préjudiciable évidemment. Comme on était mené, il était logique de faire rentrer un joueur offensif comme Max Lopez. Nous avons joué 61 matches et c'est normal que les organismes aient souffert dernièrement. "Avec un groupe à 100% on aurait pu rivaliser un peu plus longtemps avec ce monstre qu'est l'Atlético Madrid". Il a été très généreux, il a fait une très belle première période, à l'image de l'équipe.

Recommande: