Colère du personnel après deux décès en salle d'attente — Hôpital de Tours

18 Mai, 2018, 15:01 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Tours: deux personnes âgées meurent dans la salle d'attente des urgences en quinze jours le personnel

Vendredi 18 mai, France Bleu Touraine a rapporté un cas particulièrement inquiétant de deux personnes décédées récemment après avoir été admises au service des urgences du CHRU Trousseau à Tours. "Les urgences sont confrontées régulièrement à la mort", explique le professeur Dequin.

En trois semaines, deux personnes âgées en fin de vie et assez grièvement malades sont décédées dans la salle d'attente des urgences du CHRU Trousseau de Tours (Indre-et-Loire).

Selon France Bleu Touraine, les deux femmes sont mortes dans une salle d'attente bondée, où figuraient "entre 12 et 15 brancards", contre six habituellement. "Les équipes sont meurtries, choquées, blessées par ces décès indignes", indique le professeur Dequin.

Selon France Bleu, citant Pierre-François Dequin, "le fils de la première victime aurait d'ailleurs préféré ne pas transférer sa mère aux urgences, pour lui permettre de partir dignement, dans son Ehpad, au regard de sa pathologie".

Apple aurait vendu 600 000 HomePod en deux mois
Sa part de marché a bien fondu cependant en passant de 81,8% au premier trimestre de 2017 à 43,6% au premier trimestre de 2018. De quoi permettre à Apple de capter environ 6% du marché des enceintes intelligentes, loin derrière Amazon et Google.

La première patiente a attendu plus de 6 heures sur le brancard. "Ce qui a choqué le plus l'équipe, c'est que nous n'avons pas eu, en tant que soignants, la possibilité de les accompagner dans leur décès. On a dénoncé les conditions d'accueil des patients qui se dégradaient", confie la soignante.

Le responsable médical du Pôle Urgences reconnait que" l'engorgement est réel, _mais c'est aussi un problème sociétal très complexe " _ Le nombre de passages aux urgences augmente d'environ 3% par an. Suite à ces drames et pour dénoncer l'engorgement des urgences, plusieurs syndicats ont déposé un préavis de grève pour le jeudi 24.

Face à cette tragédie, la direction de l'hôpital a fait savoir que des mesures avaient été prises pour améliorer la situation, mais que celles-ci ne seront pas effectives avant 2020. "On a alerté à maintes et maintes reprises la direction sur le fait que cette salle d'attente n'était pas la solution".

Recommande: