Un scénario libyen pour la Corée du Nord? Trump s'exprime

18 Mai, 2018, 15:35 | Auteur: Armand Coulomb
  • Rassurant sur le sommet Trump se veut conciliant avec Kim Jong Un

"Si on ne résout pas la grave situation qui a conduit à la suspension des discussions de haut niveau entre le Nord et le Sud, il ne nous sera pas facile de nous asseoir de nouveau en face du régime sud-coréen actuel", ajoute KCNA.

"Je doute de la sincérité des Etats-Unis à vouloir améliorer les relations avec la Corée du Nord par le dialogue et la négociation", a-t-il ajouté, exprimant au passage "son sentiment de dégoût" envers le conseiller de Donald Trump.

"Nous verrons": le président américain Donald Trump a réagi mercredi avec une grande prudence aux menaces de la Corée du Nord d'annuler son sommet à venir avec Kim Jong Un. Mais pour l'heure, celle-ci n'a pas rendu publiques les concessions qu'elle propose, hormis des engagements envers la dénucléarisation de la "péninsule coréenne", une formule sujette à interprétation.

Par le passé, Pyongyang a exigé le retrait des troupes américaines déployées au Sud pour protéger Séoul de son voisin, de même que la fin du parapluie nucléaire américain sur son allié.

La Corée du Nord a taxé d'"ignorance" et d'"incompétence" le gouvernement sud-coréen et rejeté toutes nouvelles discussions avec lui tant que ne seront pas réglés les problèmes qui ont conduit à l'annulation d'une réunion qui était prévue hier à Séoul.

Lors d'un sommet rarissime le mois dernier dans la zone démilitarisée, M. Kim et le président sud-coréen Moon Jae-in ont réaffirmé leur engagement derrière un "objectif commun", la "dénucléarisation totale" de la péninsule.

"La mort de trop", selon Malick Gackou et le Grand Parti — UGB
C'est dans la capitale, Dakar, que les affrontements ont été les plus intenses entre étudiants et forces de l'ordre. Plusieurs édifices publics ont été attaqués et saccagés dans cette ville, selon la presse locale.

Pyongyang proteste ainsi contre l'exercice annuel Max Thunder, un entraînement militaire en cours entre Séoul et Washington dans la péninsule, qui implique une centaine d'avions des deux pays, dont des avions de chasse furtifs américains F-22 "Raptor", la bête noire de la Corée du Nord, qui voit dans ces appareils la menace de frappes chirurgicales.

Les paroles de Bolton sont "une tentative sinistre d'imposer à notre digne Etat le destin de la Libye et de l'Irak", a dénoncé mercredi le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères.

Les hostilités entre Corée du Nord et Corée du Sud (1950-1953) se sont arrêtées après un cessez-le-feu, laissant le territoire divisé en deux pays, délimitées par une zone démilitarisée. "C'est la politique du précipice pour changer la position américaine".

Puis elle a annoncé la tenue prochaine de la toute première rencontre avec le dirigeant de la Corée du Nord, pour discuter de l'abandon par Pyongyang de son propre programme nucléaire.

Ses ambitions militaires lui ont valu de multiples salves de sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU tandis que MM.

Recommande: