Déremboursement des médicaments au 1er août 2018 — Alzheimer

04 Juin, 2018, 10:23 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Médicaments anti Alzheimer: neurologues et gériatres protestent

Parce qu'ils sont jugés insuffisamment efficaces et potentiellement dangereux, les médicaments anti-Alzheimer ne seront plus remboursés à compter du 1er août 2018. Parmi eux figure l'Ebixa (Lundbeck), l'Aricept (Eisai), l'Exelon (Novartis Pharma) et le Reminyl (Janssen Cilag), les 4 médicaments et leur générique destinés à réduire les syndrômes induits par la maladie d'Alzheimer. On y pointait des effets indésirables "potentiellement graves", ainsi qu'un "intérêt médical insuffisant ". Ils sont jugés peu efficaces par la Haute Autorité de santé.

A défaut d'annonces financières, la HAS vient de publier un guide de diagnostic et de prise en charge de la maladie qui met l'accent sur les consultations mémoire, l'orthophonie ou l'activité physique. Leur publication a ouvert la voie au déremboursement officialisé vendredi.

C'est donc dans l'intérêt des malades qu'Agnès Buzyn prend cette mesure, qu'elle assume au micro d'Europe 1: "C'est une décision purement médicale", a déclaré la ministre dans La Matinale ce 1er juin.

Les images du prochain iPhone pas cher fuitent — IPhone SE
Nos confères du site de Technocodex ont découvert des images du prochain iPhone SE, le prochain iPhone pas cher . Le double capteur devrait rester une exclusivité des plus grands modèles et de l'iPhone X .

Par ailleurs, l'association souligne que "la prescription des médicaments participait aussi grandement à maintenir un lien thérapeutique entre le médecin et le patient". "Par deux fois, des experts ont estimé que ces médicaments étaient plus nocifs que bénéfiques pour les patients, et qu'il fallait ne plus les rembourser", a-t-elle expliqué". Tout l'argent économisé sera réorienté vers l'accompagnement des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Concernant la dangerosité de ces médicaments, cinq sociétés savantes et organisations professionnelles médicales (la Fédération des centres mémoire, la Fédération française de neurologie, la Société française de neurologie, la Société française de gériatrie et de gérontologie, et la Société francophone de psychogériatrie et de psychiatrie de la personne âgée) ont déclaré mardi dernier dans un communiqué que s'ils sont bien utilisés, en respectant les précautions d'emploi, " ces médicaments n'ont pas montré d'effets délétères ". Jusqu'à présent, ils étaient pris en charge à hauteur de 15%. Avec entre 850.000 et 1,2 million de personnes en France touchées actuellement en France, selon les chiffres officiels, la maladie d'Alzheimer représente un défi de santé publique: c'est la maladie neurodégénérative la plus fréquente. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. Il ne s'agit toutefois que d'estimations, car le nombre réel de malades est difficile à quantifier.

Recommande: