Un bébé meurt décapité lors d'un accouchement — Écosse

07 Juin, 2018, 20:37 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Trois ans ferme pour un détenu de la prison ultrasécurisée d'Alençon

L'histoire, terrifiante, s'est déroulée à Dundee (Écosse) en mars 2014. Une patiente enceinte de seulement 25 semaines se présente aux urgences pour accoucher. Mais l'arrivée au monde du bébé allait être difficile: le col de l'utérus de la maman n'était pas assez dilaté, l'enfant se présentait par les pieds et son rythme cardiaque était bas. L'obstréticienne en charge de l'accouchement, Vaishnavy Vilvanathan Laxman, avait opté un accouchement par voie basse.

"Cette erreur de jugement du médecin et une succession d'éléments ont mené à la décapitation du bébé", ont fait savoir les juges. C'est alors que survient le drame: alors que la mère hurle, le bébé sort décapité.

"La solution à envisager était une césarienne, compte-tenu des risques", a noté le tribunal. Les médecins avaient leurs mains à l'intérieur de moi et poussaient sur mon ventre. Le médecin a demandé à sa patiente de pousser tout en tirant sur les jambes du nouveau-né, provoquant la décapitation de ce dernier. "Je leur ai dit: 'Je ne le sens pas". La mère a pu tenir son bébé dans ses bras mais le choc est énorme. J'ai essayé de sortir du lit, mais ils m'ont retenue à trois reprises et dit qu'ils devaient faire sortir le bébé.

Départ prochain du président — Starbucks
Howard Schultz , président exécutif du C.A. du géant du café, quittera fin juin la célèbre entreprise, annoncent ce mardi divers médias.

Le tribunal a cependant considéré qu'il s'agissait d'un incident isolé, survenu à la fin d'un cycle de 24 heures de travail pour la spécialiste, et que le bébé était mort avant sa décapitation.

"Je suis bouleversée par la tournure qu'ont pris les événements et tellement désolée que tout ne se soit pas passé comme je le voulais", a affirmé l'obstétricienne au tribunal, tout en estimant que le bébé serait mort si elle avait opéré une césarienne. Le tribunal médical statuera prochainement sur les sanctions à l'encontre du praticien.

Recommande: