Conte favorable à la "révision" des sanctions contre la Russie — Italie

08 Juin, 2018, 18:42 | Auteur: Basile Toussaint
  • Italie: le poids de la dette

Le nouveau chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a affirmé mardi que son pays était favorable à la "révision" des sanctions économiques imposées à la Russie.

Giuseppe Conte au Sénat, le 5 juin 2018. Ce mardi, celui qui a pris la tête du premier gouvernement populiste dans un pays fondateur de l'Union européenne a déclaré: "si populisme signifie être capable d'écouter les besoins des personnes, alors nous le revendiquons".

Flanqué de ses deux puissants vice-Premiers ministres, Luigi Di Maio, chef de file du Mouvement Cinq Etoiles (M5S, antisystème), et Matteo Salvini, le patron de la Ligue (extrême droite), M. Conte avait d'emblée annoncé qu'il serait le "garant" du "contrat de gouvernement" signé entre ces deux "actionnaires majoritaires" de la coalition, alors que nombre d'observateurs en Italie s'interrogent sur son autonomie. "Nous demanderons avec force le dépassement du Règlement de Dublin pour obtenir le respect effectif d'une répartition équitable des responsabilités et pour réaliser des systèmes automatiques de répartition obligatoire des demandeurs d'asile", a-t-il dit devant les sénateurs dans son discours de politique générale, à l'issue duquel il demandera la confiance du Parlement.

Le nouveau chef du gouvernement a été adoubé par le Sénat italien avec 171 voix " pour " et 117 " contre " (25 abstentions). "Nous mettrons fin au +business+ de l'immigration, qui a augmenté de manière démesurée à l'ombre d'une fausse solidarité", avait-il ajouté, reprenant ainsi à son compte les thèses de Matteo Salvini, également ministre de l'Intérieur, qui avait lancé ce weekend: "le bon temps pour les clandestins est fini: préparez-vous à faire les valises", Très attendu sur les dossiers européens, M. Conte a affirmé que la dette colossale de l'Italie devait être réduite par des politiques favorisant la croissance et l'emploi, et non par des mesures d'austérité.

Nabilla, Joconde des temps modernes, pour Allô, l'exposition d'Andy Picci
Reste à trouver des amateurs d'art suffisamment fascinés par Nabilla pour exposer un portrait d'elle dans leur salon. Après le créateur Jean-Paul Gaultier, c'est à l'artiste Andy Picci que la jeune femme de 26 ans a servi de muse.

D'autant plus que Conte n'a fourni aucun détail concernant le financement de ces mesures. Par ailleurs, la Ligue, projette de mener une baisse des impôts via l'introduction d'une "flat tax" qui fixe les taux à 15 et 20% pour les particuliers et les entreprises. Au niveau diplomatique, il prône l'ouverture à la Russie tout en se disant attaché à l'Alliance Atlantique. Idem pour le revenu de citoyenneté.

M. Conte aura l'occasion de s'en expliquer devant les principaux pays occidentaux, à l'occasion d'un sommet du G7 en fin de semaine au Canada, où il effectuera sa première sortie internationale. "Si vous tenez votre promesse d'instaurer la flat tax, alors elle coûtera 60 milliards d'euros".

Après le vote de confiance au Sénat, la Chambre des députés se prononcera à son tour ce mercredi.

À la Chambre des députés, qui discutera mercredi en journée du programme de Conte et votera dans la soirée la confiance au gouvernement, la situation est encore plus confortable pour la coalition M5S-Ligue, qui dispose d'une majorité de 30 sièges.

Recommande: