Vienne expulse des imams et ferme des mosquées

08 Juin, 2018, 23:44 | Auteur: Armand Coulomb
  • Le chancelier conservateur autrichien Sebastian Kurz ne veut pas d'islam politique en Autriche

De son côté, la Turquie a dénoncé une mesure "islamophobe " et "raciste ". Vendredi, les premières réformes de son gouvernement, codirigé par le parti conservateur (ÖVP), dont il est le chef, et le parti de la liberté (FPÖ, extrême droite), ont été annoncées.

"Des sociétés parallèles, l'islam politique et la radicalisation n'ont pas leur place dans notre pays", avait argumenté auparavant le chef du gouvernement autrichien lors d'une conférence de presse.

Le lieu de culte est géré par l'Union islamique turque d'Autriche (Atib), directement liée à la Direction turque des Affaires religieuses (Diyanet). Leurs familles sont également concernées et 150 personnes au total pourraient perdre leur droit de résidence en Autriche, a-t-il indiqué.

L'Autriche vient de franchir un cap dans le cadre de la lutte contre le fondamentalisme religieux et contre "l'islam politique".

Environ 360.000 personnes d'origine turque vivent en Autriche, dont 117.000 ont la nationalité turque. Les relations entre Ankara et Vienne sont particulièrement tendues depuis la répression qui a suivi la tentative de putsch contre Recep Tayyip Erdogan en juillet 2016.

Le gouvernement autrichien a explicitement interdit aux responsables turcs de tenir des meetings dans le pays en vue des élections du 24 juin.

EDF annonce le premier démarrage d'un réacteur EPR en Chine
Cette mise en service commercial prendra sans doute encore plusieurs semaines. Il doit être suivi, en 2019, de Taishan 2, un autre réacteur de 1750 MW.

Le chancelier autrichien a également précisé que cette décision faisait suite à la reconstitution très controversée par des enfants habillés en soldats, dans une des principales mosquées de Vienne affiliée à la communauté turque, d'une bataille emblématique de l'histoire ottomane. Une autre photo laisse apparaître des enfants allongés, pour figurer les victimes de la bataille, leur corps enroulé dans un drapeau turc. "Le gouvernement fera preuve d'une tolérance zéro", avait alors déclaré M. Kurz, promettant une réaction "forte". Sept mosquées, accusées de tendances extrémistes, ont été fermées.

Devant le local de cette dernière affublé d'un panneau "fermé", un fidèle exprimait vendredi sa surprise: "je fréquente cet établissement depuis que je suis enfant (.), je n'y ai jamais entendu de propos salafiste, c'est ridicule", estimait Kürsant, 26 ans.

Une septième mosquée est considérée sous influence de l'organisation ultranationaliste turque des "Loups gris".

L'Autriche, un pays de 8,8 millions d'habitants, compte environ 600.000 musulmans, la plupart originaires de Turquie.

La coalition victorieuse a par ailleurs lancé un projet de loi durcissant les dispositions sur l'asile et réduisant les aides sociales pour les réfugiés.

Recommande: