Donald Trump envisage une grâce posthume pour Mohamed Ali

09 Juin, 2018, 10:40 | Auteur: Armand Coulomb
  • Boxe- Boxe- Mohamed Ali avait été une des principales figures de la contestation contre la guerre du Vietnam. L'Equipe

Donald Trump a annoncé ce vendredi à des journalistes, en marge de son départ pour le G7 qui se tient ce week-end, vouloir gracier Mohamed Ali parmi 3000 autres noms. Peine perdue, l'avocat de la famille du champion a poliment décliné. "Je pense à Mohamed Ali", a-t-il répondu, interrogé sur d'éventuelles grâces qu'il pourrait annoncer. Il avait avancé des raisons religieuses et sa réticence à aller affronter des populations lointaines qui ne lui avaient personnellement rien fait. En conséquence, il s'était vu retirer son titre de champion du monde et avait été condamné pour insoumission. Sa condamnation avait toutefois été annulée en 1971 par la Cour suprême, et le président Jimmy Carter avait amnistié les citoyens ayant refusé la conscription du Vietnam.

C'est une tache dans l'histoire que Donald Trump souhaite visiblement effacer.

"Nous apprécions cette pensée du président Trump, mais une grâce est inutile", a réagi l'avocat Ron Tweel, en rappelant l'arrêt de la Cour suprême.

Roland-Garros: Rafael Nadal pour la 11e fois en finale
Rien n'a pourtant été simple pour Dominic Thiem face au Sicilien de 25 ans. C'est le rendez-vous des amoureux de la terre battue. Il en a gagné seulement deux dans le troisième.

La grâce est un droit régalien que la Constitution des États-Unis confère à son président.

Cette disposition a déjà permis à M. Trump de faire libérer, mercredi, Alice Johnson, une femme de 63 ans qui avait été condamnée à la perpétuité pour un délit de trafic de drogue.

Jack Johnson, premier Noir sacré champion du monde de boxe poids lourd en 1908 et condamné à la prison sur des motifs racistes, a aussi été gracié à titre posthume par le Président en mai.

Recommande: