Emmanuel Macron : "Les choses avancent dans ce G7"

09 Juin, 2018, 18:56 | Auteur: Armand Coulomb
  • Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre canadien Justin Trudeau à Ottawa le 7 juin 2018.                  LUDOVIC MARIN  AFP

Vendredi, ce dernier s'est dit "d'accord" avec Donald Trump, qui a appelé le G7 à réintégrer la Russie. Donald Trump a retourné l'accusation de protectionnisme contre l'Union européenne et le Canada, sur les produits laitiers, l'agriculture ou les barrières non-tarifaires auxquels se heurteraient les produits américains.

LA MALBAIE | L'arrivée du président américain Donald Trump à La Malbaie, vendredi, a attiré une vingtaine de manifestants originaires de la Corée du Nord et de l'Ukraine dans la zone de "libre expression", où ils ont fait part de leurs revendications. Là encore, le président américain était arrivé en retard.

Selon M. Lavrov, dont les propos ont été diffusés à la télévision russe, Moscou n'a "jamais demandé à revenir" dans le G8, redevenu le G7 après la suspension de sa participation suite à l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée en 2014.

Soulignant que la question du commerce avait dominé ses échanges avec les autres dirigeants du G7, il a dit avoir le sentiment que ce club des nations industrielles commençait à s'engager davantage en faveur d'un commerce plus juste pour les Etats-Unis.

L'Union européenne nous traite très mal, le Canada, très mal.
Dans une série de tweets, le président américain a réagi aux déclarations d'Emmanuel Macron et du premier ministre canadien Justin Trudeau qui, jeudi, ont attaqué frontalement sa politique commerciale, qualifiant ses arguments de "risibles". "Nous avons eu une discussion très directe et ouverte, a commenté le chef de l'Etat français, Emmanuel Macron, au soir du premier jour".

"Le président a fait campagne pour la défense des travailleurs américains et contre des accords commerciaux injustes qui détournent nos emplois et notre richesse vers l'étranger", a commenté Marc Lotter, ancien conseiller du vice-président Mike Pence.

C'est la seule ouverture concédée de Donald Trump qui a décidé de taxer les importations d'acier et d'aluminium depuis le 1er juin.

Salah finalement apte dès le premier match de l'Egypte — CM
Et l'épreuve n'a pas été concluante pour les Pharaons , surclassés 3-0 par les Diables Rouges à Bruxelles au stade Roi Baudouin. Une frappe du gauche de Hazard était repoussée par le gardien El-Hadary, Lukaku récupérait et ouvrait le score.

Avant son départ, Donald Trump s'est toutefois félicité de débats "extrêmement productifs" sur le commerce avec ses homologues, en conclusion d'un sommet dominé par le conflit sur les tarifs douaniers.

Un avis également partagé par le nouveau président du Conseil italien, Giuseppe Conte. L'Allemagne et l'Italie, plus exposés aux représailles commerciales que d'autres Européens, pourraient en effet être tentés de faire des compromis avec les États-Unis.

Le nouveau premier ministre de la République italienne, Giuseppe Conte, s'est promptement rallié à la suggestion du dirigeant des États-Unis.

Ottawa croit toujours possible d'élaborer un consensus sur trois thèmes: la pollution plastique des océans, l'éducation des filles, et la lutte contre les ingérences étrangères dans les processus démocratiques.

De la même façon, il pourrait ne pas y avoir de communiqué commun. Ce vendredi, après les habituels déjeuners de travail, photo de famille, séances de groupe et rencontres bilatérales, les sept dirigeants dîneront dans l'intimité d'un chalet québécois typique. D'autres manifestations sont prévues à Québec, à 140 km de La Malbaie. Ce samedi, le suspense diplomatique concernera la traditionnelle déclaration finale du sommet. Si cette fois aucun texte commun ne pouvait être signé par les Sept, il est possible que Donald Trump s'en accommode parfaitement.

Recommande: