Trump envisage une grâce posthume pour Mohamed Ali

09 Juin, 2018, 16:56 | Auteur: Armand Coulomb
  • Muhammad Ali

Interrogé sur d'éventuelles grâces qu'il pourrait annoncer, le président américain Donald Trump a indiqué qu'il envisage d'accorder une grâce à titre posthume à Mohamed Ali. Il justifiait son refus d'aller combattre au Vietnam par des raisons religieuses et par sa réticence à aller affronter des populations lointaines qui ne lui avaient personnellement rien fait. Il a fait cette déclaration à brûle-pourpoint, sur la pelouse de la Maison-Blanche, juste avant de s'envoler pour le sommet du G7 au Canada.

En 1966, Ali a refusé de se joindre à l'armée pour la guerre du Vietnam, parce qu'il se décrivait comme un objecteur de conscience. Mohamed Ali était à l'époque l'une des personnalités les plus en vue du Mouvement des droits civiques.

La Cour suprême des États-Unis avait toutefois annulé cette condamnation en 1971 dans une décision prise à l'unanimité.

Le geste de clémence de Donald Trump pourrait donc n'être que symbolique mais avec une certaine portée.

Bemba reste en prison malgré son acquittement — RDC
Par ailleurs, la chambre d'appel a estimé que chambre de première instance a eu tort d'estimer que M. La CPI annule la condamnation de Jean-Pierre Bemba pour crimes de guerre commis en RCA.

Le président a fait cette annonce pratiquement deux ans, jour pour jour, après les obsèques de la vedette du noble art dans sa ville natale de Louisville dans le Kentucky.

La Constitution américaine confère au Président le droit régalien de grâce.

Son titre de champion du monde lui avait alors été retiré, et le boxeur condamné pour insoumission.

Trump a déjà accordé un pardon posthume à Jack Johnson, le premier Noir à avoir été champion poids lourd. À l'été 2017, il avait gracié l'ancien shérif Joe Arpaio, condamné pour ses méthodes policières discriminatoires envers les immigrés clandestins.

Recommande: