Trump provoque ses alliés du G7 au Canada

09 Juin, 2018, 10:39 | Auteur: Lea Montgomery
  • Il n'y a pas de plan A pour une nouvelle crise financière

La Russie de Vladimir Poutine avait été exclue après l'annexion de la Crimée, après 16 ans d'appartenance au groupe.

Ces mesures de rétorsion n'ont pas pour autant infléchi la position de l'administration Trump: "Le président américain est très clair, en ce qui concerne ses efforts de réforme commerciale".

"Je partirai peut-être un peu plus tôt, ça dépend de ce qui se passe", a aussi lâché M. Trump. "Nous allons faire ce qui est nécessaire pour protéger les États-Unis, les entreprises américaines et leur main-d'œuvre", a déclaré Larry Kudlow, directeur du Conseil économique national de Donald Trump.

Donald Trump, qui a promis de protéger l'industrie américaine de ce qu'il décrit comme une concurrence internationale injuste dans le cadre de son programme "America First", devrait avoir des réunions bilatérales avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau et le président français Emmanuel Macron au cours du G7, qui se tient vendredi et samedi dans la petite ville canadienne de Charlevoix, au Québec.

" Je n'ai pas porté beaucoup d'attention à la boutade, " a indiqué le premier ministre canadien, sourire aux lèvres, lors d'une mêlée de presse au Saguenay, jeudi après-midi.

Dauphiné: le Sud-Africain Impey vainqueur à Saint-Just-Saint-Rambert
Au classement général, Michał Kwiatkowski garde la maillot jaune pour deux petites secondes puisqu'il est talonné par Impey. Daryl Impey (Mitchelton Scott) termine troisième, derrière Edvald Boasson Hagen (Dimension Data).

Après avoir lâché une série de tweets impétueux visant Justin Trudeau vendredi matin, Donald Trump a assuré que la relation entre le Canada et les États-Unis est au beau fixe. Mais les quatre Européens - Emmanuel Macron, Angela Merkel, Theresa May et Giuseppe Conte - ont décidé de se réunir juste avant le début, afin de présenter un front commun.

Mais sur la question du commerce, reste à savoir jusqu'où iront le Japon, qui tente par ailleurs de ne pas être marginalisé dans les négociations entre Washington et la Corée du Nord, ainsi que le nouveau gouvernement italien populiste et l'Allemagne, plus exposées aux représailles commerciales que d'autres Européens.

L'Union européenne a déposé une plainte contre les Etats-Unis devant l'Organisation mondiale du commerce, et préparé des droits de douane contre des produits américains comme le bourbon, le beurre de cacahuète ou les motos.

Leur première séance de travail collective s'est déroulée comme prévue.

Samedi, le suspense diplomatique concernera la traditionnelle déclaration finale du sommet. Si, cette fois, aucun texte commun ne pouvait être signé par les Sept, il est possible que Donald Trump s'en accommode parfaitement.

Recommande: