Air France. Une nouvelle grève annoncée du 23 au 26 juin

11 Juin, 2018, 13:28 | Auteur: Basile Toussaint
  • Air France-KLM La présidente va présenter des mesures le 14 juin

Le préavis de grève pourra être " levé ou renforcé en fonction des annonces à venir de la direction ". " Les salarié·e·s et l'intersyndicale ont su faire preuve de responsabilité et de patience", disent-ils.

Anne-Marie Couderc, la présidente d'Air France par intérim, a annoncé dans un courrier que la direction allait faire un geste envers les salariés.

"Franck Terner et Gilles Gateau travaillent en ce sens et nous présenterons ensemble au CCE du 14 juin les actions et mesures à mettre en oeuvre". "Ils nous refusent de réelles négociations et, quand il y a des discussions informelles, nous avons l'impression qu'on veut nous vendre, peu ou prou, l'accord refusé" en mai, a-t-il déclaré. "Pourtant nous continuons de penser qu'une sortie" du conflit est "atteignable", a ajouté Christophe Malloggi. La balle est clairement dans le camp de la direction, elle qui déplore que la position des syndicats est incompatible avec "l'intérêt collectif et le souci d'avenir de la compagnie ". Mme Couderc "poursuivra" auprès des salariés le "travail d'écoute" entamé depuis le 15 mai avec les organisations syndicales et "partagera les conclusions avec le conseil d'administration" d'Air France, a-t-elle précisé. Pour sortir de l'ornière, la direction avait ensuite organisé une consultation des salariés qui a mal tourné: la proposition de hausse des salaires de la direction ayant été refusée par une majorité des personnels de l'entreprise, Jean-Marc Janaillac, l'ex-PDG, a dû démissionner.

Lactalis : le PDG évoque "un accident" sans "responsabilité à l'intérieur de l'usine"
La directrice du collège Sainte-Thérèse, de Laval, où Emmanuel Besnier était scolarisé, doit trouver qu'il a bien changé. Elle a aussi convaincu les députés de créer une commission d'enquête parlementaire.

L'intersyndicale composée de dix organisations de pilotes (SNPL, Spaf, Alter), d'hôtesses et de stewards (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF) et de personnel au sol (CGT, FO et SUD), a mené 15 journées de grève entre le 22 février et le 8 mai. L'Unac, autre syndicat de navigants, s'y était associé. Les syndicats exigent une hausse générale des salaires de 5,1% en guise de rattrapage de l'inflation (les rémunérations étant gelées depuis 2011), la direction proposait une hausse de 2% immédiatement, puis de 5% étalée entre 2019 et 2021.

L'intersyndicale, qui doit se réunir à 14h00, réclame 5,1% d'augmentation générale en deux temps en 2018.

Recommande: