Singapour : veille d'un sommet historique entre Donald Trump et Kim Jong-un

12 Juin, 2018, 03:39 | Auteur: Lea Montgomery
  • L'artiste Sudarshan Pattnaik termine une sculpture de sable représentant le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un le 11 juin 2018 avant le sommet de Singapour. Ph. AFP

"Cela fait 25 ans que la Corée du Nord essaie d'obtenir une rencontre avec un président américain en exercice", explique à l'AFP Boris Toucas, chercheur invité au Center for Strategic and International Studies à Washington.

L'invitation à Pyongyang est contenue dans la lettre qui a été remise par le principal assistant de Kim Jong-un Kim Yong Chol au président américain Donald Trump le 1er juin dernier à Washington, a précisé le journal Chosun Ilbo, citant ses sources d'informations confidentielles.

Plus classiquement, Kim Jong-un, soucieux de sa sécurité, est arrivé à Singapour dans une limousine blindée.

Avare en détails, il a simplement souligné que les États-Unis étaient prêts, en échange de sa dénucléarisation "complète, vérifiable et irréversible", à apporter à la Corée du Nord des "garanties de sécurité uniques, différentes" de celles proposées jusqu'ici. Celui dont les déplacements à l'étranger se comptent sur les doigts d'une main est sorti de son huis clos habituel en visitant le jardin botanique ultra-moderne de la baie de Singapour. Souriant, voire décontracté, dans de rares images retransmises en direct, il a ensuite rencontré le Premier ministre singapourien Lee Hsien Loong qui a salué la "décision courageuse et admirable" d'organiser ce sommet. Le chef de diplomatie américaine Mike Pompeo a assuré lundi que les discussions avaient progressé "rapidement" au cours des dernières heures et s'est dit "très optimiste" lors d'une conférence de presse.

Cabella trop cher pour les Verts — Mercato OM
Rémy Cabella a retrouvé des couleurs sur le plan personnel mais a aussi émerveillé le public de Geoffroy Guichard. C'est vrai que j'ai vécu de beaux moments cette saison dans un club qui reste mythique et une ambiance de folie.

Une petite habitude qui a déjà été expliquée en avril par Lee Yun-keol, un officier de l'armée nord-coréenne qui a fait défection en 2005 et fui son pays pour la Corée du Sud.

Rappelons que bien avant l'heure-H du sommet Trump-Kim, cet événement historique est précédé par la réunion des délégations des États-Unis et de la Corée du Nord lundi à Singapour.

Kim Jong-un n'utiliserait en effet jamais les toilettes publiques car ses excréments sont susceptibles de contenir des informations sensibles sur son état de santé.

Kim Jong-un s'est par ailleurs promené sur le pont de Jubilé depuis lequel s'ouvre une belle vue sur la promenade.

Recommande: