Actualités - Donald Trump torpille le communiqué commun du G7 sur le commerce

13 Juin, 2018, 09:00 | Auteur: Armand Coulomb
  • Trump s'en prend à nouveau à Trudeau et menace les Européens

Donald Trump a réitéré aujourd'hui dans une série de tweets ses critiques contre le Canada et son premier ministre, Justin Trudeau, tout en menaçant les Européens de ne plus assurer leur sécurité s'ils n'augmentent pas leurs dépenses militaires et n'acceptent pas un rééquilibrage des échanges commerciaux avec les Etats-Unis.

"Le premier ministre du Canada Justin Trudeau a agi de façon si docile et si douce pendant notre rencontre du G7 (...) pour dire ensuite qu'il ne se laisserait pas bousculer".

Etats-Unis et Canada semblaient dimanche au bord de la crise diplomatique et commerciale, au lendemain d'un G7 assombri par la volte-face de Donald Trump, qui a demandé dans la nuit le retrait de sa signature au bas du communiqué commun difficilement négocié pendant deux jours, au Québec.

Du commerce au retour de la Russie dans le club, Donald Trump a défié vendredi 8 juin ses alliés du G7 au Canada.

Devant les parlementaire de son pays, la première ministre britannique, Theresa May a dit May a réitéré son choix du multilatéralisme comme approche pour traiter les problèmes causés par mondialisation dans certains pays. "Ces tarifs illégitimes doivent recevoir une réponse tarifaire équivalente", a-t-il déclaré au cours de sa conférence de presse finale, précisant que ces représailles seraient mises en œuvre " fermement et sans équivoque ". "On a passé deux jours à avoir un texte et des engagements".

Communiqué final ou pas, le G7 mènera samedi diverses séances de travail, par exemple sur le climat, avant de se conclure dans l'après-midi par les conférences de presse des chefs d'Etat et de gouvernement.

Le président, un habitué des réactions épidermiques, réagissait à des déclarations de Justin Trudeau. "Nous nous y tenons, et quiconque les quitterait le dos tourné montre son incohérence et son inconsistance". La coopération internationale ne peut dépendre des colères et des petits mots.

La pole position pour Vettel à Montréal
Prochain rendez-vous pour les pilotes de la Formule 1 , dans deux semaines en France sur le tracé du Castellet. Je suis heureux de continuer à écrire cette histoire pas à pas et j'espère faire encore plus", a-t-il clamé.

La chancelière allemande, qui a eu un aparté avec le milliardaire américain, a tenté de calmer les esprits sur le commerce en proposant selon une source française d'ouvrir un dialogue bilatéral entre les Etats-Unis et l'Union européenne. Cette surtaxe pourrait coûter des milliards de dollars aux producteurs canadiens et allemands si elle venait à se matérialiser.

Le président américain était arrivé le dernier et reparti le premier du cossu Manoir Richelieu, surplombant le fleuve Saint-Laurent. En effet, les États-Unis sont le premier marché étranger pour les marques européennes de voitures.

Sur l'Iran, autre grande ligne de fracture depuis que les Etats-Unis ont claqué la porte de l'accord nucléaire iranien, le président américain a indiqué que "les Etats du G7 (restaient) décidés à contrôler les ambitions nucléaires" de Téhéran.

"L'important c'est que les Américains réalisent que les économies et les industries (canadiennes et américaines) sont intégrées" et que de nouvelles taxes douanières auraient des conséquences négatives de part et d'autre de la frontière, a poursuivi ce haut responsable.

Les dirigeants des pays membres du G7. "Ainsi, dans d'autres tweets, le Président américain a expliqué qu'il était " injuste " que les Américains aient à supporter les conséquences d'un déficit commercial et promet un changement".

Quel que soit le document dont accouchera ce G7, le sommet a illustré la volonté de Donald Trump de dicter son ordre du jour, faisant fi des usages et du rythme d'un ordre mondial multilatéral - représenté à La Malbaie par le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres et par la patronne du FMI Christine Lagarde.

Recommande: