"Dénucléarisation complète" en vue mais sanctions maintenues — Sommet Trump-Kim

13 Juin, 2018, 07:12 | Auteur: Basile Toussaint
  • Trump et Kim Jong-un : photos, sourires et salamalecs... Pour quel accord ?

Tout près de 30 000 soldats américains sont déployés en Corée du Sud.

"La Corée du Sud et les États-Unis avaient toujours maintenu que ces manoeuvres étaient " essentielles " et " défensives ".

Les États-Unis et la RPDC joindront leurs efforts pour établir un régime de paix durable et stable dans la péninsule coréenne. "Nous allons maintenant allé signer", a-t-il ajouté, sans préciser exactement de quel type de document il s'agit. Si une candidature du président américain a été invalidée cette année, l'initiateur s'étant rendu coupable d'une usurpation d'identité pour procéder à cette nomination, 18 élus républicains l'ont proposé pour 2019 en reconnaissance de "son travail inlassable pour apporter la paix dans le monde". Le président américain a en effet tenu à montrer à son homologue sa Cadillac présidentielle surnommée The Beast ("La bête") en raison de son poids, huit tonnes, conséquence des nombreuses couches de blindage qu'elle comporte.

Mecredi matin, le journal officiel nord-coréen Rodong Sinmun publiait en Une les photos de la poignée de main historique entre MM. Selon Donald Trump, Kim Jong-un a, toutefois, promis de "détruire " un site d'essai balistique "très prochainement ".

Avant d'échanger en face-à-face en privé, Donald Trump a prédit "une relation formidable" avec Kim Jong Un. Les deux dirigeants ont discuté pendant environ 40 minutes.

Kim Jong Un a estimé avoir "tourné la page du passé" après avoir surmonté de "nombreux obstacles" pour arriver à cette rencontre qui est "un bon prélude à la paix".

Coupe du monde 2018: Nike refuse de chausser l'équipe d'Iran
L'équipementier a invoqué les sanctions économique imposées par l'administration Trump pour justifier son choix. Depuis janvier 2016, les autorités américaines accordaient des dérogations pour de tels accords.

Personnage central de ce dialogue, le chef de diplomatie américaine Mike Pompeo avait affirmé lundi qu'il s'agissait de "garanties de sécurité uniques, différentes" de celles proposées jusqu'ici.

Il assure aussi avoir évoqué les droits de l'homme avec Kim Jong Un.

La réunion entre les deux leaders a abouti à la signature d'un document commun dans lequel le dirigeant nord-coréen s'engage en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne".

Le document signé par les dirigeants équivaut en grande partie à un accord pour poursuivre les discussions et reprend essentiellement les déclarations et les engagements du passé. Le président américain a par ailleurs précisé que les sanctions contre la Corée du Nord ne seraient pas levées tant que les obligations incombant au régime nord-coréen ne seraient pas remplies.

Au sommaire ce mardi: la rencontre historique entre Donald Trump et Kim Jong-un, la réforme de l'Islam de France qui patine et une enquête sur l'influence indélébile des Bleus de 98 sur le football français.

Recommande: