"Historique ou hystérique ?" — Rencontre Trump-Kim

13 Juin, 2018, 20:39 | Auteur: Lea Montgomery
  • Dennis Rodman à l'aéroport international de Singapour le 11 juin Adek Berry  AFP

Lors du sommet de Singapour, mardi, le président des États-Unis a serré la main du dictateur communiste, tous deux se tenant devant une rangée de drapeaux américains et nord-coréens alternés. Le dirigeant nord-coréen, dont on entend rarement la voix, commente lui-même ce moment historique: "Les vieux préjugés et les habitudes anciennes ont été des d'obstacles".

C'est sans surprise, si les retrouvailles entre les deux "meilleurs amis du monde " ont été lundi, au cœur de l'actualité internationale. D'ailleurs, la photo illustrant les salutations entre les deux dirigeants, a fait le buzz sur la toile avec les deux poignées assez serrées, les deux visages fermes. Pour rappel, il y a seulement un an, chacun menaçait de détruire le pays de l'autre.

Après s'être levé tôt, le président américain a fait preuve d'un optimisme prudent sur Twitter, affirmant que les rencontres entre ses représentants et ceux du leader nord-coréen se passaient bien, mais que cela importait peu et qu'on saurait bientôt si une " véritable entente " était possible. Ce caractère optimiste dégagé par Trump semble, à priori, naviguer sur les bonnes voies.

Le document signé à Singapour fait explicitement référence aux mots employés dans la déclaration de Panmunjom, en avril dernier: "La Corée du Sud et la Corée du Nord confirment l'objectif commun d'obtenir, au moyen d'une dénucléarisation totale, une péninsule coréenne non nucléaire". Aucun chiffre n'a été annoncé dans la lettre, mais Donald Trump a expliqué avoir montré une vidéo aux Nord-coréens montrant les conséquences positives d'un tel plan d'aide. En 2003, rappelle le journal, Bolton, qui était alors membre de l'administration de George W. Bush, et chargé des questions de désarmement, avait prononcé un discours "incendiaire" contre la Corée du Nord au cours d'un déplacement à Séoul - ce qui avait amené Pyongyang à répliquer en le qualifiant, notamment, d'"ordure" et de "suceur de sang".

Theoson-Jordan Siebatcheu file au Stade Rennais — Transfert
Dans les tuyaux depuis ce week-end, le transfert de Theoson-Jordan Siebatcheu au Stade Rennais est désormais officiel. Le deal a été confirmé ce mardi par les deux écuries.

Les diplomates américains sont très fiers d'être parvenus à faire adopter ce régime de sanctions, même si Donald Trump a dit désormais renoncer à le qualifier "de pression maximale". L'ex-coéquipier de Michael Jordan aux Chicago Bulls, qui s'est rendu cinq fois à Pyongyang depuis l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-un, grand fan de basket, s'est invité à l'événement.

Trump m'a pas dit quand ces manoeuvres "provocatrices" seraient supprimées et cette promesse, qui modifierait totalement la posture militaire américaine dans la région, ne figure pas dans la déclaration commune signée par les deux dirigeants, mais elle a visiblement surpris l'armée américaine. Il s'appuie aussi sur l'annonce par M. Trump de l'arrêt des manœuvres militaires américano-sud-coréennes, concession majeure à Kim Jong Un.

"Les exercices et la présence militaire américaine jouent un rôle vital dans la sécurité de l'Asie de l'Est", s'est inquiété le ministre japonais de la Défense Itsunori Onodera. "Il n'y a pas de changement dans notre politique consistant à faire pression" sur la Corée du Nord, a-t-il déclaré, ajoutant que le Japon attendait des actions concrètes de la part de Pyongyang concernant ses ambitions dans le domaine des armes nucléaires et des missiles et sur la question des ressortissants japonais enlevés par des agents de Pyongyang dans les années 1970 et 1980.

Mettre fin aux exercices conjoints "va au-delà de tout ce sur quoi s'accordent les experts", estime Adam Mount, de la Federation of American Scientists.

Recommande: