La France gagne en attractivité — Investissements étrangers

13 Juin, 2018, 15:00 | Auteur: Basile Toussaint
  • Les entreprises n'ayant pas d'attaches en France sont très peu à vouloir investir dans le pays

Les 1.019 projets d'implantations étrangères recensés en 2017 en France se comparent aux 779 enregistrés un an plus tôt.

Le redressement de l'attractivité de la France n'élude toutefois pas certains handicaps. Selon ses analystes, le pays s'inscrit à nouveau dans le peloton de tête européen dont il avait décroché depuis une dizaine d'années. L'Hexagone est plébiscité pour " ses capacités dans le domaine de l'innovation et de la recherche ", indique l'enquête EY: 35% des dirigeants interrogés les citent comme le meilleur atout du pays pour renforcer son rôle dans l'économie mondiale. La rupture avec la longue période pendant laquelle la France était distancée par ses deux principaux compétiteurs se confirme.

Le Président Emmanuel Macron au salon Viva Tech à Paris, le 24 mai 2018. Dans le classement des grandes métropoles européennes les plus attractives, réalisé auprès de plus de 200 dirigeants d'entreprise étrangères, la Ville Lumière passe devant Londres, qui paie les incertitudes liées au Brexit " précise Le Figaro. Une remontada assez spectaculaire, note EY, qui rapproche la France des deux leaders européens en la matière que sont le Royaume-Uni et l'Allemagne.

Kylian Mbappé rassure sur son état de santé — France
Ce mardi, Kylian Mbappé (19 ans, 15 sélections et 4 buts) a quitté prématurément l'entraînement après un contact avec Adil Rami . Mais le défenseur de l'Olympique de Marseille et l'attaquant du Paris Saint-Germain ont tenu à rassurer leurs supporters.

Avec ses 323 projets, ce secteur est le principal moteur de ce regain d'attractivité, soit 111 de plus qu'en 2016. Une situation qui peut s'expliquer, selon le spécialiste, par le coût du travail dans l'Hexagone; 37 € de l'heure contre 26 Outre-Manche."On assiste à une sorte de division du travail avec des implantations de sites de production dans les pays d'accession (à l'Union européenne, Ndlr) et les activités à forte valeur ajoutée en Europe de l'ouest", ajoute le consultant pour qui le débat aujourd'hui concerne aussi l'harmonisation des politiques fiscales en Europe.

C'est d'ailleurs le seul bémol de cette enquête: alors qu'en 2017, un projet a généré 108 emplois en Russie (soit 25.788 postes pour 238 implantations/extensions), 42 au Royaume-Uni et 28 en Allemagne, "seuls" 25.126 emplois ont été portés par les 1.109 investissements étrangers en France, soit 25 emplois par projet. "Redorée, cette image est aussi portée par l'affirmation d'un projet économique ouvert sur l'international, tenant le rythme des réformes, accueillant résolument les investissements internationaux", détaillent les analystes du cabinet. Par comparaison, les proportions ne sont que de 45% pour l'Allemagne et 30% pour le Royaume-Uni. Résultat, la France affiche une progression remarquable (de 16 à 59 projets entre 2016 et 2017), et rattrape une partie de son retard.

La France s'est distinguée aussi en 2017 pour l'accueil des centres de recherche et développement avec 78 projets, 53% de plus qu'en 2016.

Recommande: