Sommet USA-Corée du Nord : signature historique d'un document

13 Juin, 2018, 14:24 | Auteur: Armand Coulomb
  • Poignée de main historique entre Kim Jong Un et Donald Trump [Vidéo]

"La Bête" en français, est la berline présidentielle: une Cadillac de 7 tonnes que Donald Trump affectionne particulièrement. Si Donald Trump, habitué de l'autopromotion dithyrambique, parle de "rencontre fantastique", l'onde de surprise et d'enthousiasme produite dans le monde est manifeste, même si l'enjeu exigent prudence et patience. Au cœur de ce communiqué devrait se trouver deux éléments fondamentaux que Trump comme Kim ont exigé de longue date: un pacte de non-agression et la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Dans le stade de Soweto, M. Obama, qui se dirige vers la tribune pour prononcer un discours, serre les mains des dignitaires présents sur son chemin, dont Raul Castro.

Dans son premier compte rendu du sommet de Singapour, l'agence KCNA a estimé que cette rencontre sans précédent ouvrait la voie à "un tournant radical" dans les relations entre Pyongyang et Washington, marquées jusque-là par une hostilité mutuelle. "Interrogé sur le sort des prisonniers politiques nord-coréens, il s'est dit convaincu de la volonté de Kim Jong-un de " faire quelque chose ", ajoutant que les victimes du régime comptaient parmi les " grands gagnants " du jour.

Voici, mises ensemble, quelques phrases prononcées lundi et mardi par Donald Trump, au sujet de Kim Jong-un: " C'est un homme très talentueux, que j'aime bien. Il s'agissait pour lui d'arriver à montrer que son petit pays diabolisé pouvait se faire respecter au point d'être légitimé par le président de la première puissance mondiale.

Si Kim Jong Un accepte des inspecteurs sur son sol, s'ils confirment qu'il a gelé son programme nucléaire, s'il déclare honnêtement la portée réelle de ses capacités, s'il accepte que le mot "dénucléarisation" signifie désarmement. Il y a vingt-cinq ans, l'administration Clinton avait obtenu un accord plus solide avec Kim Il-sung, qui comprenait des outils de vérification. Seule une "réaffirmation de la déclaration du 27 avril 2018 de Panmunjom", faite lors de la rencontre entre Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in, est inscrite.

Pour Stephen Pomper, ancien membre de l'équipe Obama qui travaille maintenant pour le centre de réflexion International Crisis Group (ICG), M. Trump était l'homme qui pouvait passer de la menace à la diplomatie.

Robert De Niro s'excuse | Célébrités — Commentaires de Trump
Le décalage a été suffisant à l'équipe de production pour censurer les insultes de la star du cinéma au président américain. La chaîne CBS a ensuite affirmé dans un communiqué: "Les commentaires de M.

À lire: Que veut Kim Jong-un? Sans percée majeure, toutefois, sur la question cruciale de l'arsenal nucléaire de la Corée du Nord.

Le document signé par les dirigeants équivaut en grande partie à un accord pour poursuivre les discussions et reprend essentiellement les déclarations et les engagements du passé.

Et pour cause: il y a six mois encore, Donald Trump se déclarait prêt à envisager des frappes militaires contre la Corée du Nord, la qualifiant de "régime vicieux" à la tribune de la 72e Assemblée des Nations unies. "C'est un bon prélude pour la paix", s'est, pour sa part, contenté de déclarer le leader nord-coréen.

Conscient que les yeux du monde étaient rivés sur un moment que plusieurs ne s'attendaient jamais à voir, M. Kim a dit que plusieurs penseraient que c'était une scène d'un " film de science-fiction ".

"Trump va probablement crier victoire quel que soit le résultat du sommet, mais la dénucléarisation de la péninsule coréenne est un processus qui prendra des années", estimait Kelsey Davenport, de l'Arms Control Association. D'être le héros de son peuple?

Recommande: