Levothyrox : l'analyse qui sème le doute

15 Juin, 2018, 11:45 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Levothyrox: une association pointe des analyses anormales Merck dément

Nouveau rebondissement dans l'affaire du Levothyrox, une nouvelle analyse, révélée par France Info, a mis en lumière un sous-dosage d'une molécule entraînant des "réveils de cancers endormis" et la présence d'une autre molécule, non présente dans la liste des composants, qui est interdite aux États-Unis. L'ancienne formule du Levothyrox est de plus importée en quantité limitée, sous le nom d'Euthyrox. Lévothyroxine sous doséeD'après l'Association française des malades de la thyroïde (AFMT), les analyses effectuées sur plusieurs lots révèlent que la nouvelle formule contient moins de lévothyroxine que les spécifications en vigueur.

"La présence de traces métalliques dans des produits de santé ne représente pas en soi un défaut qualité ni un risque pour la santé dans la mesure où les concentrations sont inférieures aux seuils de sécurité établis par la communauté scientifique au plan international pour les médicaments, écrit-elle dans son communiqué".

En cause également, la dextrothyroxine, un élément qui ne figure pas dans la liste des composants du médicament. L'association souligne que ses effets secondaires sont similaires à ceux décrits par les malades de la thyroïde comme la perte de cheveux, la fatigue, les crampes, les maux de tête ou lesvertiges.

La nouvelle Xbox dans seulement 2 ans ? Premières informations — Microsoft
L'édition devrait lever le voile sur de nouveaux épisodes des jeux à succès Fallout , Halo , Battlefield ou Assassin's Creed . Spencer lors d'un événement médiatique Xbox dimanche avant le début officiel de l'exposition annuelle E3.

Une information judiciaire contre X a été ouverte en mars pour tromperie aggravée, blessure involontaire et mise en danger d'autrui.

L'association appelle désormais l'Agence nationale de sécurité du médicament a rebondir sur ces résultats pour les affirmer ou les infirmer. Le ministère de la Santé et l'ANSM doivent (...) prendre leurs responsabilités " conclut le communiqué. "À ce stade, notre association ne prétend pas, sur une seule étude, disposer d'une 'preuve' indiscutable, mais d'un fait nouveau important. Car si ces résultats étaient confirmés, comme on peut le penser, ils pourraient constituer une explication rationnelle à cette crise, d'origine toujours inconnue", a indiqué l'AFMT à Franceinfo. Dans un communiqué, le laboratoire Merck a quant à lui déclaré que l'étude de l'AFMT était "infondée scientifiquement".

Recommande: