Singapour: Signature d'un important document entre Trump et Kim

15 Juin, 2018, 10:17 | Auteur: Armand Coulomb
  • Donald Trump et Kim Jong-un.                  REUTERS  Kevin Lamarque KCNA

Mais le président américain a aussi fait une concession de taille.

Kim Jong Un a estimé avoir "tourné la page du passé" après avoir surmonté de "nombreux obstacles" pour arriver à cette rencontre, "bon prélude à la paix".

Un premier pas vers la paix dans la région vient d'être franchi avec la rencontre entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un, à Singapour, mardi 12 juin.

Au sujet des "garanties de sécurité" promises par Donald Trump à Kim Jong Un, le chef de la diplomatie japonaise a expliqué avoir eu l'assurance qu'elles n'avaient "pas encore été octroyées" et que cela n'interviendrait qu'en échange d'avancées vers la dénucléarisation. Dans une interview accordée à Fox News qui en a diffusé des extraits mardi soir aux États-Unis, Donald Trump se dit convaincu que Kim Jong-un "viendra certainement à la Maison-Blanche au moment opportun". "La vérification sera à la fois américaine et internationale ".

Kim est donc reparti de Singapour avec un important butin: la légitimation de son régime, désormais considéré comme une puissance mondiale digne d'être traitée d'égal à égal par un président américain, qui a d'ailleurs évoqué la possibilité d'une future rencontre à la Maison-Blanche, la suspension des exercices militaires à sa frontière, signe concret de l'alliance militaire entre les États-Unis et la Corée du Sud que Pyongyang rêvait depuis longtemps d'interrompre, et le relâchement d'exigences autrefois fermement formulées sur le rythme de son désarmement et les moyens de le vérifier.

La Chine, le principal partenaire de la Corée du Nord, a salué le début d'une "nouvelle histoire".

Kim Jong-un s'est dit de son côté prêt à prendre des "mesures de bonne volonté" supplémentaires.

Lopetegui viré, le patron de la Fédé sur le grill (officiel) — Espagne
Et le temps presse pour Hierro, qui n'a que deux séances d'entraînement, mercredi et jeudi, pour faire passer ses idées. La fédération espagnole ne peut pas être mise au courant 5 minutes avant la sortie d'un communiqué officiel.

Nombre de pays ont salué l'enclenchement d'un processus diplomatique, certes embryonnaire, mais qui éloigne la perspective d'un conflit. La Russie a parlé d'un événement "positif".

MM. Trump et Kim se sont entretenus pendant près de cinq heures, d'abord une quarantaine de minutes en tête-à-tête, puis au cours d'une réunion de travail elle-même suivie d'un déjeuner.

Au menu, savant mélange de mets occidentaux et asiatiques: cocktail de crevettes, porc croustillant sauce aigre-douce et tarte tropézienne.

L'arsenal nucléaire nord-coréen a valu à Pyongyang une impressionnante série de sanctions de l'ONU au fil des ans.

Toutefois, les deux chefs d'Etat étaient très attendus par la communauté internationale notamment sur les questions nucléaires opposant les deux parties avec une éventuelle dénucléarisation envisagée de la Corée du Nord au sortir d'une discussion entre les deux dirigeants pendant deux heures en privé, accompagnés seulement de leurs traducteurs.

"Nous devrions faire marquer une pause aux exercices, aux exercices majeurs, pour voir si Kim Jong Un est sérieux sur sa part des négociations", a déclaré l'ex-amiral Harry Harris devant une commission du Congrès. "En tous cas, nous économiserons beaucoup d'argent, et en plus je pense que c'était très provocateur", a déclaré le président Trump lors de sa conférence de presse à Singapour. Elles seront "uniques" et "différentes" de celles proposées jusqu'ici, a promis Mike Pompeo.

Recommande: