Alexandre Bompard chahuté lors de sa première assemblée générale — Carrefour

16 Juin, 2018, 18:40 | Auteur: Basile Toussaint
  • Carrefour : jackpot pour le PDG la grogne pour les salariés licenciés

Georges Plassat a également reçu une rémunération - fixe et variable - de 1,7 million d'euros bruts au titre de 2017 ainsi qu'un plan de rémunération à long terme de 6,6 millions bruts.

Quelques heures plus tôt, Alexandre Bompard a été chahuté et sommé de justifier la rémunération de son prédécesseur lors de l'assemblée générale du groupe de distribution.

"Georges Plassat a fait savoir au Conseil d'Administration de la Société Carrefour qu'en raison de l'incompréhension qui entoure les conditions financières de son départ, il avait décidé de renoncer à l'application de la clause de non-concurrence qui lui avait été octroyée et donc au versement de l'indemnité de départ correspondante", peut-on lire dans le communiqué du GroupeCarrefour.

Cette somme comportait près de 4 millions d'euros d'indemnité de départ sous forme d'un engagement de non-concurrence.

E3 2018 : Spider-Man vous colle à la peau en vidéo
A trois mois de sa sortie sur Playstation 4 , Spider-Man revient donc en force pour cette conférence de Sony lors de l'E3 2018 . En effet, ils semblent rester de marbre pendant que l'homme araignée maltraite leurs copains.

Carrefour est en effet engagé dans un sévère plan de restructurations sous la direction du nouveau PDG Alexandre Bompard, avec des milliers de suppressions d'emplois annoncées en janvier.

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire a déclaré pour sa part samedi à Reuters qu'il jugeait le niveau de ces rémunérations "incompréhensible et choquant", étant donnée la "situation dégradée" dans laquelle les anciens dirigeants ont laissé le groupe. Les magasins avaient été touchés par un mouvement de grève exceptionnel fin mars. "L'Afep et le Medef doivent prendre des mesures fortes pour renforcer le suivi et l'application par ses membres du code Afep-Medef", a demandé Bruno Le Maire. Le code avait été renforcé fin 2016 sous la pression du gouvernement après la polémique née de l'" affaire Renault " liée à la rémunération du PDG Carlos Ghosn. Le gendarme de la gouvernance a aussi demandé vendredi à Carrefour de s'expliquer "dans les plus brefs délais" sur la détermination de la rémunération de ses dirigeants.

"L'Association française des entreprises privées (Afep) et le Medef ont annoncé de leur côté qu'ils publieraient de leur côté "une version renforcée du code de gouvernement d'entreprise dans les prochains jours" afin d'éviter les écarts constatés récemment".

Recommande: