"C'était vraiment une rencontre fantastique" déclare Trump

16 Juin, 2018, 02:10 | Auteur: Armand Coulomb
  • Kim et Trump louent un sommet historique mais pas de percée majeure

Près de 30.000 soldats américains sont stationnés en Corée du Sud pour protéger ce pays allié des Etats-Unis de son voisin du Nord.

Mais cette question, tout comme celle des missiles capables d'atteindre le Japon, ne figure pas dans le document signé à Singapour par les deux dirigeants, où ils s'engagent à oeuvrer en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne".

Cette journée en tout point extraordinaire a vu le président de la première puissance mondiale afficher une forme de complicité avec l'héritier de la dynastie des Kim, qui règne d'une main de fer sur la Corée du Nord depuis plus de 60 ans.

"Par le passé, la pression économique et financière a été relâchée avant toute dénucléarisation complète".

"Quand je me suis réuni avec Barack Obama (.), il m'a dit que le plus gros problème des Etats-Unis, de loin, le problème le plus dangereux que nous ayons jamais eu à cause du nucléaire, était la Corée du Nord", a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Mike Pompeo a martelé que les sanctions infligées à Pyongyang ne pourraient être levées avant la fin du processus tant que la dénucléarisation ne sera pas complète.

M. Kim "a devant lui l'opportunité de devenir le dirigeant qui aura inauguré une ère nouvelle et glorieuse de sécurité et de prospérité pour ses citoyens". "Mais il y a toujours un risque de ne pas y parvenir", a-t-il ajouté. - Ulchi Freedom Guardian - Cet exercice d'une durée de deux semaines commence généralement en août.

Eyraud travaille déjà sur un nouveau stade — OM
Pour le moment, ces déclarations visent surtout à mettre la pression sur Arema et la priorité de l'OM est de rester au Vélodrome. Comme le PSG, le club phocéen a été épargné par l'Instance de Contrôle Financier des Clubs (ICFC) de l'institution européenne.

Pyongyang exigeait depuis longtemps le gel de ces exercices militaires, perçus comme des préparatifs à une invasion militaire de la Corée du Nord. Pyongyang a souvent réagi en menant ses propres opérations militaires.

Le prochain ambassadeur des États-Unis à Séoul, qui commandait jusqu'au mois dernier les forces américaines dans le Pacifique, a approuvé la décision de suspendre ces manoeuvres, estimant que "la situation a radicalement changé" depuis le sommet Trump-Kim. Il qualifie Kim Jong Un de "chef fort", comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d'article.

S'est ensuivi un petit moment de flottement, voire de malaise, lors duquel Kim Jong-un est resté sans réaction.

Les relations entre la Corée du Nord et les États-Unis ont rarement été de tout repos.

Une idée reprise par le chef de la diplomatie japonaise Taro Kono.

Kim Jong-un s'est dit de son côté prêt à prendre des "mesures de bonne volonté" supplémentaires.

Rencontre au sommet cette nuit entre Donald Trump et Kim Jong Un. "Je veux que mon peuple face la même chose".

Recommande: