L'addiction aux jeux vidéo est désormais reconnue comme une maladie par l'OMS

19 Juin, 2018, 20:08 | Auteur: Thibaud Popelin
  • L'addiction aux jeux vidéo est désormais reconnue comme une maladie par l'OMS

Passer des jours et des nuits sur sa console, et oublier de manger ou de dormir. Rien n'y a fait, l'addiction aux jeux vidéo est donc bien reconnue comme une maladie aux yeux de l'Organisation. Maisle trouble ne touche qu'une "petite minorité", a souligné le responsable de l'OMS, ajoutant: "Nous ne disons pas que toute habitude de jouer aux jeux vidéo est pathologique".

C'est ce qu'il ressort de la 11e version de la Classification internationale des maladies (CIM), publiée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) cette semaine et première mise à jour globale de cette nomenclature depuis le début des années 1990.

Cette agence de l'ONU vient en effet d'inscrire le "trouble du jeu vidéo" dans la onzième version de laClassification internationale des maladies (CIM) - la bible des pathologies - comme une addiction, au même titre que celle à la cocaïne ou aux jeux d'argent.

L'antenne de l'ONU précise dans un autre paragraphe que pour que ce trouble soit diagnostiqué, il faut que le comportement soit " d'une sévérité suffisante pour entraîner une altération non négligeable des activités personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles ou d'autres domaines importants du fonctionnement, et en principe, se manifester clairement sur une période d'au moins 12 mois ".

"Je suis un défenseur dans l'âme" — Benjamin Pavard
Le défenseur des Bleus n'a pas apprécié la question d'un journaliste sur le surnom que lui donnait certains de ses coéquipiers. Closer.fr vous propose de découvrir cette séquence. " Je reste comme je suis ".

À l'heure actuelle, seule l'OMS reconnait officiellement l'addiction aux jeux vidéo comme une maladie. Ces joueurs compulsifs sont alors incapables de se détacher de leur écran au point de risquer pour mettre leur santé en jeu.

Si la communauté scientifique demeure toujours divisée sur l'existence d'un trouble du comportement lié à la dépendance aux jeux vidéo, les éditeurs sont vent debout contre une décision qui risque d'impacter négativement leur activité commerciale.

Mais en tout cas, comme ce trouble est désormais classé par l'OMS, les médecins pourront plus facilement le diagnostiquer. "Le processus de l'OMS pèche par son opacité, a de graves défauts, et manque de fondement scientifique", affirmait dans un communiqué en mars le directeur général de l'Entertainment Software Association, Michael Gallagher.

Recommande: