Une journaliste agressée sexuellement en plein direct — Coupe du monde

21 Juin, 2018, 23:22 | Auteur: Mathilde Kaplan
  • Coupe du monde Il embrasse une journaliste et attrape sa poitrine en plein direct

Une journaliste colombienne présente en Russie pour couvrir la Coupe du monde pour la chaîne allemande Deutsche Welle a été embrassée de force en plein direct. Alors qu'elle parlait au micro, un supporter s'est approché d'elle, l'attrapant par les épaules pour lui donner un bisou, et en profitant pour lui toucher la poitrine.

Professionnelle, et malgré une légère grimace, la journaliste poursuit son duplex "comme si de rien n'était", rapporte le Parisien. "Nous sommes tout aussi professionnelles et méritantes que vous", assène la reporter colombienne.

Solidaire, le groupe allemand a lui aussi posté un message sur son compte Instagram, écrivant qu'il avait fallu du courage à Julieth Gonzalez Theran pour entrer au cœur de la fan zone, et qu'il s'agissait d'une "mission dangereuse".

Trotz fait le même coup que Zidane
Les Capitals ont accédé aux séries à chaque année sous la gouverne de Trotz, qui était en poste depusi mai 2014. Avec une récolte de 105 points cette saison, les Caps ont terminé au premier rang de la section Métropolitaine.

"J'étais sur les lieux depuis deux heures pour préparer le direct et il n'y avait eu jusqu'alors aucune interruption", a expliqué la journaliste qui a discuté de l'incident avec "Deutsche Welle". "Nous ne méritons pas ce traitement. J'aime partager ma passion pour le football mais nous devons délimiter les choses entre de l'affection et du harcèlement". Il est venu vers moi, m'a embrassée et a touché ma poitrine. "J'ai été obligée de continuer et ensuite, j'ai voulu voir s'il était toujours là, mais il était déjà parti". Une vidéo qui fait désormais polémique sur les réseaux sociaux.

Entourée par des fans, Maria Fernanda Mora avait tenté de poursuivre son direct, avant de se défendre à l'aide de son micro contre ses agresseurs. Une scène qui lui avait valu de nombreux soutiens de confrères et téléspectateurs.

Recommande: