"Comment nier la réalité des patients qui souffrent ?" — Maladie de Lyme

23 Juin, 2018, 02:41 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Les tiques peuvent transmettre la maladie de Lyme

Le premier objectif? Expliquer et rassurer.

La Haute Autorité de santé (HAS) a présenté ses nouvelles recommandations de prise en charge des formes persistantes de l'infection transmise par des tiques. "À partir d'aujourd'hui, tout ce qui est dans nos recommandations doit être remboursé".

Certaines associations de malades et quelques médecins militent pour la reconnaissance des formes chroniques controversées de la maladie. "Il peut aussi s'agir d'autres maladies ou syndromes". Il est défini par une morsure de tique possible, avec ou sans érythème et une triade de symptômes qui persiste depuis plus de six mois regroupant des fortes douleurs (douleurs musculo-squelettiques et/ou neuropathiques et/ou des maux de tête), une fatigue persistante avec réduction des capacités physiques et des troubles cognitifs (troubles de l'attention et/ou de la concentration).

La borréliose de Lyme est une maladie infectieuse transmise par une piqûre de tique.

"En Montérégie, on n'a aucune zone où le niveau de risque est faible; on a des risques moyens, élevés et élevés/endémiques", a expliqué la directrice de la santé publique de la Montérégie, Julie Loslier.

Musa fait chavirer le Nigéria et rend un peu d'espoir à l'Argentine
L'Islande s'est d'ailleurs créé les plus belles occasion de la première période. Un but libérateur pour les Nigérians , qui n'en sont pas restés là.

"En l'état actuel des connaissances, nous ne savons pas si ces signes sont dus à l'existence d'une borréliose de Lyme persistante (après traitement ou non) ou à d'autres agents pathogènes qui seraient transmis par les tiques", écrit-elle. " Par ailleurs, une tique infectée ne transmet pas forcément la bactérie lors d'une piqûre: le risque est de 3 à 15 % en moyenne et il est quasi nul si la tique reste moins de 7 heures sur la peau", indique la HAS.

Chez le chat, au contraire, la maladie est rare, mais pas inexistante et se manifeste par une certaine raideur dans ses articulations ou ses membres, ce qui peut entraîner une boiterie plus ou moins importante. "Et si ce traitement n'est pas efficace, on arrête tout, et on [entre] dans des protocoles de recherches". Ce traitement repose sur la délivrance d'antibiotiques, entre 14 et 28 jours. L'association et ses bénévoles sont très actifs dans la communication de l'information en Limousin (écoles, cabinet d'infirmières, café-rencontres, mutuelles...), une des régions françaises les plus atteintes, la Creuse étant le département le plus concerné par l'envahisseur. La HAS réunit ces formes chroniques sous un nouvel acronyme: SPPT, pour "Symptomatologie/syndrome persitant (e) polymorphe après une possible piqûre de tique". Face à eux, les médecins se disent démunis et mal armés.

Comment nier la réalité de ces patients qui souffrent et qui n'entraient pas dans le cadre classique de la maladie de Lyme? Ce que refusent les infectiologues, faute de preuve scientifique. Pour ces formes, la HAS recommande d'appuyer le diagnostic sur un examen clinique notamment de la peau et des articulations et de recourir à des tests sanguins (ELISA puis Western Blot), bien que ces derniers ne suffisent pas à affirmer ou infirmer le diagnostic. "Ces patients, il faut les prendre en charge, il faut les écouter, et les prendre au sérieux." .

De son côté, la HAS affirme que ce SPTT est une manière pragmatique de reconnaître la souffrance de ces patients.

Le nombre de cas rapportés de la maladie de Lyme ne cesse d'augmenter au Québec.

Recommande: