L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme maladie par l'OMS

25 Juin, 2018, 10:39 | Auteur: Thibaud Popelin
  • L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme maladie par l'OMS

À l'occasion d'une nouvelle version de sa Classification Internationale des Maladies (CIM-11), l'institution qui jusqu'alors classait la transidentité parmi les " troubles mentaux et du comportement " s'est enfin décidée à revoir sa copie. Cette déclaration a été faite parle biais de la 11ème Edition de la Classification Internationale des Maladies. Une situation qui doit durer plus de douze mois et avoir des répercussions sur la vie sociale, professionnelle, scolaire ou familiale.

Cette catégorisation a pour but de faire prendre conscience aux gens mais aussi de faciliter le soutien pour les personnes atteintes de cette 'addiction', surtout lorsqu'elle devient problématique. Il ajoute aussi que la définition est trop large.

"Vous avez ces explosions courtes et obsessionnelles, et oui, les gens jouent beaucoup, mais ce n'est pas une dépendance", a-t-il dit. "Cest une autre catégorie de maladies qui ne sont pas associées à lusage dune substance psychoactive, mais qui sont en même temps considérées comme des addictions".

Dans la liste dressée par l'OMS, l'addiction au jeu vidéo se classe aux côtés de l'addiction aux jeux de hasard et aux autres troubles liés à des comportements addictifs.

Le responsable de l'OMS a également indiqué que quelque 2,5 milliards de personnes dans le monde jouent aujourd'hui aux jeux vidéo, mais le trouble ne touche qu'une " petite minorité ". " Nous ne disons pas que toute habitude de jouer aux jeux vidéo est pathologique", précise l'institution spécialisée des Nations Unies. En Corée du Sud, aux États-Unis ou au Japon, des cliniques la traitent spécifiquement.

Guerre commerciale : l'UE croit encore à la négociation
L'Union européenne a exporté 5,3 milliards d'euros d'acier et 1,1 milliard d'euros d'aluminium vers les États-Unis en 2017. Les Européens ont longtemps espéré échapper aux taxes punitives annoncées en mars par Donald Trump.

Il est à noter que ce n'est pas un chiffre qui provient de l'OMS et de la classification des troubles du jeu.

Il faut dire que le débat sur l'addiction aux jeux vidéo fait long feu.

Du gaming à la maladie mentale, il n'y aurait qu'un pas. "Ce sont deux genres très différents".

Par ailleurs, 5 % des adolescents de 17 ans joueraient aux jeux vidéo entre 5 et 10 heures par jour. C'est, une fois de plus, les pharmas qui doivent se frotter les mains, avec certainement de nouvelles molécules en préparation, qui devraient se vendre en boîtes de x comprimés.

Recommande: