Aéroport de Nantes : le contrat de concession avec Vinci sera résilié

01 Juillet, 2018, 05:20 | Auteur: Basile Toussaint
  • L'ÉTAT RÉSILIE LE CONTRAT DE VINCI POUR L'AÉROPORT NANTES-ATLANTIQUE

En effet, après l'abandon du projet d'aéroport de Nantes, le contrat de concession remporté par le constructeur français n'a plus lieu d'être a annoncé le ministère des Transports.

Elle "suit en ce sens l'avis du Conseil d'Etat, que le gouvernement avait sollicité", selon le communiqué, qui ajoute que "le Conseil d'Etat a par ailleurs fermement exclu la faisabilité d'un simple avenant au contrat actuel" signé en 2010 et d'une durée de 55 ans. Ceux nécessaires à l'exploitation se dérouleront aussi comme prévu d'ici à 2020.

L'aéroport le plus dynamique de France en terme de croissance de trafic quittera -momentanément?- le giron de Vinci. Mais ce dernier doit renoncer à l'aéroport de Nantes-Atlantique.

Le gouvernement promet que les travaux de modernisation de l'aéroport nantais seront lancés en 2021 mais les partisans d'un transfert à Notre-Dame-des-Landes n'y croient pas.

F1 - GP d'Autriche: une cinquième pole pour Bottas
Fernando Alonso est crédité du 13e temps et Stoffel seulement du 18e (à 1.7) devant les deux Williams fermant la marche. Le pilote Ferrari a été pénalisé de trois places sur la grille départ, pour avoir gêné Carlos Sainz en qualifications.

"S'agissant des conséquences financières de la résiliation de ce contrat, les discussions avec Vinci ont démarré dès l'annonce du gouvernement en janvier, et se poursuivent actuellement".

Le contrat de concession de l'aéroport de Nantes-Atlantique, signé entre l'Etat et Vinci, figurait dans l'accord du projet de construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, désormais abandonné. "Le Gouvernement s'attache dans ce dossier au respect du droit et à la défense des intérêts de l'Etat", explique le gouvernement.

L'association "Des ailes pour l'ouest ", favorable à Notre-Dame-des-Landes, a estimé dans un communiqué que "cette annonce (était) une nouvelle preuve de l'inconséquence de la décision gouvernementale " d'abandonner le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, "prise sans aucun plan B ". L'État a "reculé précipitamment en cédant au chantage des zadistes, sans prévoir aucune solution alternative ", a-t-il ajouté dans un communiqué publié sur Twitter.

Cette estimation comprend également le réaménagement de l'aéroport de Nantes-Atlantique, avait-il précisé.

Recommande: