Deux personnes hospitalisées dans un état critique après Skripal — Royaume-Uni

05 Juillet, 2018, 17:40 | Auteur: Armand Coulomb
  • L'hôpital de Salisbury où sont soignés les deux personnes exposées à une substance inconnue

Après l'empoisonnement des Skripal, Londres avait pointé du doigt la Russie, qui a nié toute implication, engendrant une grave crise diplomatique.

Deux personnes ont été hospitalisées dans un état critique à l'hôpital de Salisbury (Angleterre), après avoir été exposées à une "substance inconnue" à Amesbury, à quelques kilomètres du lieu où l'ex-espion russe Sergueï Skripal avait été victime d'une tentative d'empoisonnement en mars.

Charlie Rowley vivait depuis quelques mois à Muggleton Road à Amesbury, dans l'habitation où a été retrouvé le couple, et Dawn Sturgess vivait dans un foyer pour sans-abri de Salisbury. C'est la femme, une mère de famille âgée de 44 ans, qui a d'abord perdu connaissance, dans la matinée, avec "de la mousse sortant de sa bouche", selon un ami, Sam Hobson. "Selon Neil Basu, " rien n'indique " qu'ils " se sont récemment rendus sur un des sites décontaminés après les tentatives de meurtre ayant visé Sergueï et Ioulia Skripal ".

Andrea Sella, qui enseigne la chimie inorganique à l'University College de Londres, a précisé que les agents neurotoxiques Novichok "sont conçus pour être assez persistants - ils traînent dans l'environnement, ne s'évaporant ou ne se décomposant pas rapidement". "Cela signifie que si un contenant ou une surface était contaminé par cette substance, cela constituerait un danger pendant longtemps ".

Le couple s'était rendu la veille à Salisbury où il avait fait du shopping et pris un verre avec des amis. Peter Cook, 58 ans, un voisin de Dawn Sturgess a affirmé qu'elle avait une "petite fille". La police anti-terroriste a été associée à l'enquête, à titre "procédural", a fait savoir Scotland Yard dans un communiqué publié le 4 juillet. "La possibilité que ces deux enquêtes puissent être liées est clairement une de nos pistes", a déclaré Neil Basu.

Concernant les victimes d'Amesbury, "la priorité des enquêteurs est désormais de déterminer comment ces deux personnes sont entrées en contact avec l'agent innervant", a souligné M. Basu.

Spotify, dit Drake ‘Scorpion’ est streaming 10 millions de fois par heure
L'album précédent " More Life " de Drake a enregistré 89,9 millions de flux le premier jour de disponibilité. La plate-forme annonce que l'album est écouté 10 millions de fois par heure.

Le risque pour le grand public est "faible", a insisté la police, mais le caractère en apparence aléatoire de la contamination soulève de nombreuses questions des habitants de la ville de Salisbury, qui pensaient avoir tourné la page de l'affaire Skripal.

L'agence de santé publique Public Health England (PHE) a estimé que cet évènement ne posait "pas de risque sanitaire significatif pour le grand public".

Elle a aussi recommandé de nettoyer téléphones portables et sacs à main avec des lingettes et de laver à l'eau savonneuse les bijoux.

La médecin-chef du PHE, Sally Davies, a en particulier demandé aux gens " d'être vigilants lorsqu'ils ramassent des objets inconnus ou dangereux comme des aiguilles ou des seringues ". Le Kremlin s'est dit "très préoccupé" par "l'utilisation répétée de telles substances en Europe".

"Il est maintenant temps que l'Etat russe explique exactement ce qui s'est passé", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Sajid Javid, au Parlement à l'issue d'une réunion d'urgence de l'exécutif. "Ce sont les actions du gouvernement russe qui continuent de porter atteinte à notre sécurité et à celle de la communauté internationale", a-t-il ajouté.

Recommande: