Émeutes à Nantes après la mort d'un jeune, tué par la police

05 Juillet, 2018, 16:26 | Auteur: Armand Coulomb
  • Nantes un jeune tué par la police lors d'un contrôle violences urbaines

Mais au delà, il faut mettre fin au quadrillage systématique des quartiers populaires, véritable contrôle social et imposer le désarmement de la police, la dissolution de tous les corps spéciaux intervenant et réprimant brutalement dans les quartiers populaires à savoir la BAC ou les Brigades spécialisées de terrain (BST). Dans la matinée des carcasses de voitures encore fumantes étaient visibles, selon les pompiers.

Des affrontements ont eu lieu avec des forces de l'ordre.

Le jeune homme tué était sous le coup d'un mandat d'arrêt délivré en juin 2017 par un juge d'instruction de Créteil (région parisienne), a précisé mercredi à l'AFP le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès.

Un policier, membre de la compagnie de Bergerac, a alors suivi le véhicule avant de faire feu une seule fois sur le chauffeur, l'atteignant au cou, a relaté le procureur.

Le contrôle de police où tout à débuté s'est déroulé vers 20H30 dans le quartier du Breil, dans lequel régnait "un climat de tension particulier" depuis une semaine après le mitraillage d'une façade par des hommes armés, a précisé lors d'une conférence de presse mercredi soir le procureur de Nantes, Pierre Sennès. Les policiers ont procédé à une interpellation. Les policiers s'aperçoivent alors que le véhicule est mis sous surveillance par la police judiciaire de Nantes dans le cadre d'un trafic de stupéfiants: " Le conducteur tente de prendre la fuite en reculant sur un fonctionnaire de police", " légèrement blessé à la jambe ".

Meurtre d'Alexia Daval : la piste du complot familial évoqué
Me Randall Schwerdorffer, l'avocat de Jonathann Daval avait seulement déclaré à la presse: " Mon client a des choses à dire ". Jonathann Daval a reconnu avoir été présent sur les lieux, mais n'avoir pas assisté directement au meurtre de son épouse.

"Ces personnes ont été arrêtées pour des affaires de violences, jets de projectiles et tentative d'incendie", a expliqué à l'AFP une source proche du dossier.

La victime, Aboubakar F., était originaire de Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise). Dans le quartier limitrophe de Dervallières, la mairie annexe a été détruite par un incendie.

Des bâtiments publics ont été dégradés, dont une bibliothèque et un commissariat, et une dizaine de commerces ont été incendiés. Le SRPJ de Nantes et l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) ont été saisis.

Le premier ministre, Édouard Philippe, en déplacement à Nantes, où il a rencontré la maire socialiste, Johanna Rolland, a condamné fermement jeudi les violences. Au nord de Nantes, le quartier de Breil panse ses plaies en ce mercredi matin. Il a promis à la famille du jeune homme "une enquête approfondie" qui devra notamment déterminer "si l'usage de l'arme par le policier était ou non légalement fondée".

"Nous serons évidemment exigeants (.) pour que toute la lumière soit faite dans la plus grande transparence sur les circonstances" dans lesquelles le jeune homme de 22 ans est mort à l'issue d'un contrôle policier, a-t-il ajouté.

Recommande: