Michel Drucker : "Laurent Delahousse, le Ballon d'or de l'inélégance"

05 Juillet, 2018, 18:57 | Auteur: Lea Montgomery
  • Michel Drucker à Paris en 2016

Un recadrage en règle validé par l'ensemble de la direction et dont a pris acte l'intéressé.

Dans une longue interview dans laquelle l'animateur de 75 ans se réjouit du retour de Vivement dimanche, deux ans après avoir été arrêté, celui-ci ne mâche pas ses mots: "De toute ma vie, je n'ai jamais critiqué un confrère, j'ai été d'une loyauté et d'une fidélité indéfectible au service public".

Michel Drucker ajoute: "Il a été d'une inélégance incroyable". Une initiative qui n'a pas du tout plu à la direction ni à la rédaction de France 2, qui a réagi immédiatement.

Suarez "Griezmann ne sait rien de nos sacrifices"
En conférence de presse, Luis Suarez a eu l'air agacé par Antoine Griezmann , qui répète à l'envi son amour pour l'Uruguay. Le Barcelonais l'a remis en place, face aux médias. "Je peux vous dire qu'il est bien Français.

L'animateur confie entre autres qu'il ne souhaitait pas forcément continuer sa carrière, mais France 2 va reprogrammer son émission Vivement dimanche de 14 h à 16 h avec des nouveautés, mais toujours lui en chef d'orchestre.

"Ce n'est pas un mec bien", a-t-il simplement déclaré, avant de raconter comment le journaliste avait fini par parvenir à récupérer sa case horaire pour son émission "19 heures, le dimanche", en lieu et place de "Vivement dimanche prochain" en début de saison dernière: "Il a demandé ma place pendant près de dix ans. Mais là, c'en est trop. Parce que Laurent Delahousse n'est pas un mec bien". "Chaque saison, il menaçait la direction de partir s'il n'avait pas le 19 heures alors que j'étais une locomotive pour son journal", a-t-il lâché. "Et en interne, je ne suis pas le seul à le penser". Michel Drucker poursuit ses explications, pour se justifier de son discours radical: "Au départ, je ne le croyais pas". A l'époque, je lui ai écrit. Jusqu'au jour où il l'a dit ouvertement. Je n'ai aucune rancune, mais j'ai de la mémoire " a conclu le célèbre animateur de France 2. Ça m'a peiné. J'ai trouvé ça surréaliste. C'est le numéro 2 de France Télévisions, Takis Candilis, qui l'a convaincu de rester, en l'assurant qu'il n'avait pas "dépassé la date de péremption". "Au moins, il sera obligé d'être élégant". Il lui a indiqué qu'il était "inadmissible" que deux grands talents du service public s'affrontent sur la place publique, d'après nos confrères.

Recommande: