Un couple de policiers tabassé devant leur enfant de trois ans — France

06 Juillet, 2018, 16:11 | Auteur: Lea Montgomery
  • L'agression a eu lieu à AUbervilliers. La victime a été délestée de son portable et de quatre dents en

Un des deux agresseurs présumés a été interpellé en Seine-et-Marne et placé en garde à vue, a-t-on appris vendredi de source proche de l'enquête. Pas de mots assez durs pour l'ignominie et la lâcheté des deux voyous qui ont agressé hier soir à Othis un couple de policiers en dehors de leur service sous les yeux de leur petite fille. Vers 21 heures, une brigadière en poste à Aulnay-sous-Bois et son compagnon, également policier en Seine-Saint-Denis, sortent de chez des amis, chez qui ils avaient dîné à leur retour de vacances.

Le couple a été agressé devant leur fillette de trois ans par deux hommes alors qu'il venait la chercher chez sa nounou. La policière, qui exerce à Aulnay-sous-Bois, a indiqué aux gendarmes avoir reconnu son agresseur et avoir eu affaire à lui dans le passé. Ils ont ensuite attaqué son compagnon, qui a notamment reçu plusieurs coups de pied, notamment à la tête. Quatre jours d'interruption totale de travail ont été prescrits à la jeune femme, quinze jours d'arrêt ont été prescrits à son compagnon.

Un couple de policiers de 31 ans et 33 ans, originaire de Seine-Saint-Denis s'est fait tabasser par deux frères à Othis, en Seine-et-Marne. Après avoir adressé ses pensées aux "victimes et à l'ensemble des forces de l'ordre prises pour cibles par ces barbares", l'élu des Alpes-Maritimes a directement interpellé le président de la République. "On s'attaque encore une fois à des policiers de manière préméditée et ciblée", a dénoncé Grégory Goupil du Syndicat Alliance Police 93, qui demande "des peines exemplaires". "Qu'avez-vous fait pour protéger nos policiers?", a accusé Éric Ciotti. "Tout mon soutien pour ces policiers et leur famille", a-t-il déclaré.

Jeune tué à Nantes : un millier de personnes réclament "Justice pour Abou"
Plusieurs dizaines de véhicules ont à nouveau été incendiés dans quatre quartiers dits "sensibles", dont celui du Breil. Le jeune homme de 22 ans a refusé d'obtempérer lors d'un contrôle de police.

La présidente du Rassemblement national (ex-FN) a, elle, estimé que "la Nation a le devoir de protéger nos policiers et leurs familles". "Le gouvernement doit cesser de regarder ailleurs", a-t-elle tweeté.

"Épouvantable et abominable", a déploré Benoît Hamon, fondateur du mouvement Générations: "J'espère qu'ils (les agresseurs) vont être attrapés et punis".

Recommande: