Trump envoie son ministre pour obtenir des engagements — Corée du Nord

07 Juillet, 2018, 20:23 | Auteur: Armand Coulomb
  • Le secrétaie d'Etat Mike Pompeo à Pyongyang en Corée du Nord le 6 juillet 2018.                  AFP  Andrew Harnik

Pyongyang ne s'est pas engagé publiquement à renoncer à son arsenal nucléaire qui lui a valu de multiples trains de sanctions de l'ONU.

"Ce sont des questions complexes, mais nous avons réalisé des progrès sur presque toutes les questions centrales, sur certaines beaucoup de progrès, sur d'autres il y a encore du travail à faire ", a-t-il dit aux journalistes.

"Le CD "Rocket Man" a été un sujet de discussion lors du déjeuner entre Trump et Kim (.) Trump a demandé à Kim s'il connaissait la chanson et Kim a répondu non", a expliqué un diplomate anonyme. Plus nous nous rencontrons, plus j'espère que notre amitié sera profonde.

M. Pompeo a commencé ses démarches diplomatiques en Corée du Nord alors qu'il était directeur de la CIA. "Nous espérons tous les deux que ce soit vrai", a tweeté le secrétaire d'État, avant son arrivée à Pyongyang.

Arrivé vendredi à Pyongyang pour sa troisième visite en Corée du Nord, le secrétaire d'Etat américain a eu plus de huit heures de pourparlers avec Kim Yong-chol.

"Selon la porte-parole américaine Heather Nauert, les deux hommes ont " fait des plaisanteries " et ont " échangé des civilités ".

M. Pompeo a indiqué que des responsables des deux parties se rencontreraient dans un groupe de travail le 12 juillet pour parler du rapatriement de dépouilles de soldats américains tués pendant la guerre de Corée (1950-53).

Des miliaires d'élite déployés incognito dans les trains français
Au moins deux membres du GIGN voyageront incognito dans des trains circulant en France pour intervenir en cas d'attaque terroriste .

Après le départ de M. Pompeo vers Tokyo, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a jugé que l'attitude "extrémement regrettable" des États-Unis pendant les discussions avait violé l'esprit de l'accord conclu le 12 juin à Singapour entre les dirigeants américain Donald Trump et nord-coréen Kim Jong-un. "(.) Nous avons des négociations productives, basées sur la bonne foi", a-t-il dit.

Depuis le sommet du 12 juin, Donald Trump s'est montré optimiste sur les chances de paix dans la péninsule divisée depuis la guerre de Corée, estimant que la menace d'une guerre nucléaire était écartée.

Mais beaucoup d'experts et de détracteurs du président Trump considèrent que le processus pourrait prendre des années. "Le président a déclaré qu'il croyait que le dirigeant Kim voyait un futur différent, plus brillant pour le peuple nord-coréen".

Mais le communiqué de MM. Il avait dans sa poche un petit cadeau pour Kim Jong-un, préparé spécialement par Donald Trump en personne: une copie du CD "Rocket Man" d'Elton John. M. Kim réaffirmait dans ce document " son engagement ferme et inébranlable envers la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ". Une formulation vague qui a déçu les attentes des experts, d'autant qu'elle ne fait pas mention de la nécessité que ce processus soit aussi "vérifiable et irréversible", comme le réclamaient les États-Unis.

Cela impliquerait de la part de M. Kim une déclaration détaillée sur son arsenal nucléaire et son programme d'enrichissement de l'uranium et l'acceptation d'un calendrier pour son démantèlement, sous inspection.

Mike Pompeo et Kim Yong Chol devaient continuer leurs discussions toute la journée de samedi, avant que le secrétaire d'État ne se rende à Tokyo pour informer les alliés japonais et sud-coréens de Washington des avancées des négociations.

Recommande: