L'opération d'évacuation est lancée — Grotte en Thaïlande

09 Juillet, 2018, 10:28 | Auteur: Armand Coulomb
  • L'opération d'évacuation est lancée — Grotte en Thaïlande

Des soldats thaïlandais près de la grotte Tham Luang au deuxième jour de l'opération de sauvetage des enfants qui y sont bloqués, le 9 juillet 2018. "Les deux autres vont vraisemblablement bientôt suivre", a déclaré à l'AFP Kongcheep Tantrawanit, porte-parole du ministère de la Défense.

Les sauveteurs thaïlandais ont commencé l'extraction des 12 jeunes joueurs de football et de leur entraîneur dimanche matin à 10h00 (05h00 heure de Paris). Après un entraînement de soccer, les joueurs sont partis explorer la grotte et ont été piégés par la montée des eaux. Plus d'un millier de personnes venant de différents endroits du globe ont participé aux recherches, et le miracle tant espéré s'est produit neuf jours plus tard: des plongeurs britanniques ont retrouvé les enfants affamés, mais indemnes.

Signe du péril de l'entreprise, un ancien plongeur de la marine thaïlandaise est mort vendredi lors d'une opération de ravitaillement des enfants.

Les conditions pour une évacuation sont jugées "parfaites" par la cellule de crise, notamment en ce qui concerne le niveau d'eau dans la grotte.

C'est parti pour trois semaines — Tour de France
L'Allemand Marcel Kittel a pris la troisième place devant le Norvégien Alexander Kristoff et le Français Christophe Laporte. Autre favori en galère, Nairo Quintana, victime d'une crevaison, qui a perdu une minute vingt-cinq au classement général.

Dimanche, quatre garçons ont revu la lumière du jour, grâce à des plongeurs expérimentés qui les ont guidés le long d'un parcours tortueux, marqué par des portions inondées et étroites, en particulier un passage très difficile à franchir, dans lequel il faut se faufiler, qui est le cauchemar de la cellule de crise. "Tous ceux qui ne sont pas impliqués dans l'opération doit sortir de la zone immédiatement", a annoncé la police par haut-parleur sur le site, où se trouvent des centaines de journalistes.

L'annonce de la police a été suivie par un branle-bas de combat dans le campement monté par les journalistes, avec des caméras partout et des lits de camp pour être aux meilleures places pour filmer l'évacuation des enfants.

Le chef de la cellule de crise, avait prévenu vendredi soir que l'afflux de médias dans cette zone montagneuse de forêt tropicale posait problème. "Nous avons de plus en plus de médias qui arrivent et s'installent partout", avait-il critiqué. Ils avaient réussi à insérer un tuyau de plusieurs kilomètres pour acheminer de l'oxygène dans la poche où le groupe s'est réfugié, mais des averses tombées samedi soir ont rappelé l'urgence d'une intervention.

Face à l'afflux de journalistes, pataugeant dans la boue depuis des jours, les autorités avaient posé des barrières métalliques pour les tenir à distance et permettre aux secouristes de travailler sans caméras autour. Il a été privé d'oxygène, après avoir déposé des bouteilles de ce même oxygène non loin d'une voie de sortie potentielle. Chacun a été escorté lors de son évacuation par deux plongeurs professionnels.

Recommande: