Macron recevra syndicats et patronat le 17 juillet — Social

09 Juillet, 2018, 16:10 | Auteur: Basile Toussaint
  • Plan anti-pauvreté: ce que prépare Emmanuel Macron

"Normalement, ce plan devrait être présenté autour du 10 juillet, mais nous verrons si l'équipe de France est en demi-finale ou pas", avait expliqué Agnès Buzyn sur LCI.

Pour autant, ce report de la présentation n'entraînera pas un report de sa "mise en œuvre". Interrogée sur le calendrier de la présentation du plan pauvreté, la ministre de la Santé a répondu: "Cela dépend peut-être aussi des matches de l'équipe de France parce qu'il y a une question de disponibilité [du Président de la République, NDLR]".

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a déclaré le 14 juin qu'il n'y avait "pas de politique sociale digne de ce nom dans notre pays depuis le début du quinquennat" et Philippe Martinez, de la CGT, avait appelé fin mai Emmanuel Macron à "regarder par la fenêtre de son palais pour voir la vraie vie" car il "a du mal à entendre le mécontentement social". En effet, le gouvernement a décidé de repousser l'annonce de son plan de lutte contre la pauvreté.

"Les arbitrages ne sont pas rendus, il faut continuer d'approfondir le plan", a ajouté une autre, rappelant qu'"aucune date n'avait été donnée" initialement pour le dévoilement de cette statégie "très attendue", selon les mots de la ministre des Solidarités Agnès Buzyn.

Le FMI décaisse une quatrième tranche de 250 millions de dollars — Tunisie
Avec un déficit qui dépasse les 6% de son PIB, la Tunisie n'a d'autre choix que de compter sur l'aide internationale pour tenir. Il est à signaler que depuis la chute de Ben Ali en 2011, l'économie tunisienne va de mal en pis.

Ce vendredi, Benjamin Griveaux exclut tout lien entre football et report du plan: "Si quelqu'un peut sérieusement penser qu'on peut remporter un plan aussi important en raison d'un match de football, c'est qu'il est dans la polémique".

Les grands chantiers économiques et sociaux seront également au menu du discours du président devant le Congrès réuni à Versailles lundi, a précisé M. Griveaux.

Parmi les arbitrages qui n'auraient pas été tranchés: la possible recentralisation du RSA, qui relève pour l'heure des départements, dont les élus ont provisoirement claqué la porte des discussions avec l'exécutif. Avec la hausse des bénéficiaires, notamment du RSA, les départements demandent depuis plusieurs années une participation accrue de l'Etat. 'Il a promis'. sans blague, on s'en moque bien qu'il soit là bas ou pas. Ce n'est pas le nouveau monde mais le monde à l'envers! Là, il n'y avait rien qui gênait cette marche forcée. "Que je sache, la rentrée, c'est aussi l'été", a tenté en défense Gilles Le Gendre, porte-parole du groupe En Marche à l'Assemblée.

Recommande: