Erdogan doté d'un mandat renforcé, cherche à apaiser — Turquie

10 Juillet, 2018, 17:54 | Auteur: Armand Coulomb
  • Nouvelle purge en Turquie : 18 000 fonctionnaires limogés par le pouvoir

Des sources à la Présidence turque ont indiqué à Anadolu qu'Erdogan prêtera serment lundi au parlement à 16h30 (heure locale, 13h30 GMT) avant de se rendre au mausolée du fondateur de la République de Turquie, Mustafa Kemal Ataturk.

"Je ne suis pas seulement le président de ceux qui ont voté par moi mais de l'ensemble de 81 millions (la population turque)", a-t-il déclaré.

Erdogan, accompagné de son épouse Emine, a été accueilli par une salve d'applaudissements à son arrivée au Parlement, où une alliance dominée par son parti islamo-conservateur, l'AKP, détient la majorité.

Il a aussi promis d'oeuvrer pour faire avancer "la démocratie, les droits et les libertés" et de hisser la Turquie parmi les dix premières économies au monde. Plus de 18 000 fonctionnaires ont été limogées en Turquie par un décret-loi, publié dans le Journal officiel dimanche 8 juillet.

Les autorités ont présenté ce décret-loi limogeant plus de 18 000 personnes comme le dernier pris sous l'état d'urgence instauré au lendemain du putsch manqué de juillet 2016 et sans cesse renouvelé depuis.

"Un régime d'un seul homme commence aujourd'hui", a écrit sur sa Une le quotidien d'opposition Cumhuriyet.

Le gouvernement suspend la hausse du prix des carburants — Violences en Haïti
Près d'un des commerces pillés, Alphonse Charles tentait de rester calme devant la carcasse brûlée de sa voiture. Des contestataires appellent à une grève générale de deux jours à compter de ce 9 juillet.

Lundi marquera également l'entrée en vigueur d'un système présidentiel. Sous ce nouveau système, l'ensemble des pouvoirs exécutifs reviennent au président, qui pourra notamment promulguer des décrets présidentiels.

M. Erdogan doit présenter dans la soirée un nouveau gouvernement resserré qui devrait compter 16 ministères contre 26 (sans compter le Premier ministre) actuellement.

De nombreux experts craignent que cette alliance conduise à un durcissement de la politique menée par M. Erdogan, notamment sur la question kurde.

Les secrétaires généraux de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, du D-8, ainsi que le Commissaire européen à la Migrations et aux Affaires intérieures seront également parmi les participants.

Sa nomination aux Finances survient dans un contexte économique difficile avec une inflation élevée, une forte dévaluation de la monnaie et un important déficit des comptes courants, en dépit d'une croissance solide.

Recommande: