L'ancien Gourou de la secte Aum a été exécuté — Japon

10 Juillet, 2018, 04:09 | Auteur: Armand Coulomb
  • Des soldats japonais se dépêchent de se prémunir du gaz toxique avant de pénétrer dans le métro Kasumigaseki à Tokyo le 20 mars 1995

L'ex-gourou de la secte Aum, Shoko Asahara, condamné à mort pour sa responsabilité dans l'attaque au gaz sarin dans le métro de Tokyo en mars 1995, a été exécuté ce matin, ont affirmé les médias japonais. Ils avaient libéré du gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995, causant la mort de 13 personnes et en intoxiquant plus de 6000, le plus grave attentat commis au Japon.

Ils avaient tous été condamnés à la peine capitale pour leur implication dans l'attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995.

Le ministère de la Justice a confirmé la pendaison de Shoko Asahara (de son vrai nom Chizuo Matsumoto), le fondateur et gourou du groupe, mais n'a pas donné l'identité des six autres.

Serena trop forte pour Mladenovic, première pour Monfils — Wimbledon
Avec les nombreuses surprises dans le tournoi féminin, son parcours de l'ancienne N.1 mondiale est plus aisé désormais. Mais j'ai fait des progrès depuis ce jour-là.

Le gourou a "perpétré des crimes durant des années", a martelé la ministre, et les six autres "ont joué un rôle majeur dans de nombreux délits en suivant les ordres d'Asahara".

Au cours de huit ans de procès, le gourou n'avait n'a jamais avoué sa culpabilité dans l'attaque contre le métro de Tokyo. Sept personnes avaient été tuées, et 600 autres blessées. Quelque 190 autres membres de la secte avaient également été condamnés à diverses sentences dans cet attentat, le pire qu'ait connu le Japon. Il était parvenu à rassembler jusqu'à 10 000 fidèles autour de ses enseignements qui mêlaient bouddhisme, hindouisme et prônait l'apocalypse.

Depuis, les condamnés attendaient dans les couloirs de la mort. Au total, Aum* est tenue pour responsable du décès de 29 personnes et de 6.500 blessés. La Ministre de la Justice explique avoir décidé de signer l'ordre d'exécution de ces sept condamnés estimant que "des actes d'une telle gravité, sans précédent au Japon, ne doivent plus jamais se reproduire ". Cinq membres de la secte sont toujours dans le couloir de la mort au Japon. "De la même manière qu'aux Etats-Unis, ces pays continuent de pratiquer ce châtiment barbare". "Je n'ai vu aucune évolution depuis une trentaine d'années". 23 ans d'attente Ce vendredi, des membres des familles des victimes ont réagi: " Il a fallu 23 ans depuis l'attentat pour que cette sanction soit exécutée. Ces associations dénoncent entre autres des conditions d'exécutions " déplorables ". La loi japonaise précise que les condamnés à la peine capitale doivent être exécutés dans les six mois suivant la confirmation de leur sentence, mais, dans la pratique, ils restent souvent des années dans les couloirs de la mort. "C'est une double peine barbare: maintenir quelqu'un en condamnation, avec une menace d'exécution permanente".

Recommande: