Paris s'attend à un sommet de l'Otan mis sous pression par Trump

10 Juillet, 2018, 21:36 | Auteur: Basile Toussaint
  • Edition numérique des abonnés

A l'approche de cette nouvelle rencontre, l'ancien magnat de l'immobilier, qui s'est fait élire sur le slogan "l'Amérique d'abord" a encore fait monter la pression en adressant une lettre de rappel à une dizaine d'Etats membres, dont la Belgique (0,9%) et l'Allemagne (1,2%).

Sept pays européens de l'Otan consacreront 2% de leur PIB à leurs dépenses pour la Défense en 2018, a annoncé mardi le secrétaire général de l'Alliance, un chiffre qui ne devrait pas contenter le président américain Donald Trump à la veille d'un sommet transatlantique.

Les Etats-Unis ont assumé un peu moins de 72% des dépenses de l'Otan en 2017: 686 milliards de dollars sur un total de 957 milliards de dollars dépensés par ses 29 membres pour leur défense.

"Pour 2019, l'augmentation en milliards de dollars des dépenses militaires engagées par les alliés de l'Otan a été record", a-t-il notamment indiqué. "Les États-Unis dépensent beaucoup plus que tout autre pays pour les protéger". Mais aussi suite aux décisions du président américain d'imposer des taxes sur les importations d'acier et aluminium, de sortir de l'accord sur le nucléaire iranien ou encore de l'accord de Paris sur le climat. "Quand on a des alliés, il faut en prendre soin et leur accorder plus d'attention qu'à d'autres puissances".

Le président américain se rend au siège de l'OTAN, puis à Londres, cette semaine, avant un sommet avec Poutine.

Erdogan doté d'un mandat renforcé, cherche à apaiser — Turquie
Plus de 18 000 fonctionnaires ont été limogées en Turquie par un décret-loi, publié dans le Journal officiel dimanche 8 juillet . De nombreux experts craignent que cette alliance conduise à un durcissement de la politique menée par M.

Certaines rues de Bruxelles seront fermées à la circulation et plusieurs périmètres de sécurité seront établis dans la capitale, soit aux alentours du site de l'Otan et aux environs du Palais royal, de l'ambassade américaine, du Cinquantenaire et du rond-point Schuman.

"Monsieur le Président, n'oubliez pas cela demain, lorsque nous nous réunirons au sommet de l'Otan, mais surtout lorsque vous rencontrerez le président Poutine à Helsinki".

"Ce débat existe, il a eu lieu et il va continuer à avoir lieu", ajoute-t-on.

Un scénario conforté quelques heures plus tard par Donald Trump qui a jugé sur Twitter "inacceptable" le fait que les Etats-Unis soient le plus gros contributeur d'une alliance militaire qui bénéficie selon lui davantage à l'Europe qu'à Washington.

Recommande: