Vers un nouveau "Dieselgate" ? Nissan avoue des falsifications de contrôles de pollution

12 Juillet, 2018, 06:53 | Auteur: Basile Toussaint
  • RENAULT

La question mérite d'être posée, car depuis le scandale du "dieselgate" qui a éclaboussé Volkswagen en 2015, les révélations se multiplient.

Les véhicules, "hormis le modèles GT-R", sont cependant en eux-mêmes conformes aux normes de sécurité japonaises et leurs émissions gazeuses correspondent aux spécifications du catalogue, "ce qui signifie qu'il n'y a pas d'erreurs dans les chiffres d'économie de carburant divulgués par Nissan" aux clients.

L'action Renault, partenaire de Nissan, cédait 1,89% à 12h11 GMT après avoir perdu jusqu'à 2,6% en début de séance à Paris. Nissan précise également que les rapports d'inspection ont été basés sur des valeurs de mesure altérées.

La Nissan GT-R pollue plus qu'elle ne devrait. Le proverbe s'appliquera-t-il à Nissan alors que le constructeur japonais vient d'admettre, ce lundi, avoir falsifié des contrôles de pollution concernant les véhicules fabriqués au Japon? Elle affichait la plus forte baisse du CAC 40, qui gagnait alors 0,23%. Le problème porte sur 19 modèles différents, fabriqués dans cinq usines.

Plusieurs femmes accusent Luc Besson — Violences sexuelles
Au deuxième rendez-vous, "il n'a même pas terminé de fermer la porte qu'il s'est jetée sur moi, pour me toucher ou pour m'embrasser", a-t-elle ajouté.

Le constructeur dit poursuivre ses investigations afin de déterminer tous les tenants et aboutissants de cette affaire. Le constructeur avait alors attribué ce manquement à une pénurie de personnel.

Le constructeur nippon, a découvert les problèmes lors de tests volontaires après que son processus d'inspection ait été jugé défectueux par le gouvernement. Il concerne notamment le monospace compact Note, le modèle de Nissan le plus vendu au Japon, et le SUV Juke.

Dans certains cas, les tests sur les émissions polluantes des véhicules étaient réalisés à des vitesses, sur des durées et à des températures extérieures non conformes aux normes japonaises, tandis que le matériel de test n'était pas calibré correctement.

Pour le moment, Nissan n'a pas précisé le nombre de véhicules concernés, ni la durée pendant laquelle ces méthodes non conformes ont été employées.

Recommande: