Trump réaffirme finalement son "engagement fort" auprès de l'Otan

13 Juillet, 2018, 19:27 | Auteur: Basile Toussaint
  • Donald Trump la bouche ouverte et l'index point

Donald Trump a réitéré jeudi matin, dans une série de tweets, ses critiques contre l'Allemagne et le projet de construction de gazoduc Nord Stream 2 et jugé une nouvelle fois le 'partage du fardeau' 'inacceptable'.

"Ils ont accepté de payer et de payer plus rapidement", a annoncé M. Trump au cours d'une conférence de presse non programmée avant de quitter Bruxelles. Ce communiqué est clair, il réaffirme l'engagement de 2% en 2024. L'engagement souscrit en 2014 de consacrer 2 % de leur PIB aux dépenses de défense pour 2024 reste inscrit noir sur blanc dans la déclaration commune agréée mercredi par les leaders des 29 pays membres de l'Alliance.

Rappelons que le mois dernier, à l'issue du sommet du G7 dans Charlevoix au Québec, Donald Trump avait accusé sur Twitter Justin Trudeau d'être "très malhonnête et faible". Pas de prise de parole à l'arrivée, hormis celle apaisante du secrétaire général Jens Stoltenberg. Et "hier, je leur ai fait savoir que j'étais extrêmement insatisfait de ce qui se passait et ils ont considérablement renforcé leurs engagements".

Plus tôt dans la journée, Trump avait menacé de retirer son pays de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN), si les pays membres ne tiennent pas à leurs engagements relatifs aux cotisations militaires faites à l'Organisation. "J'ai obtenu des progrès extraordinaires par rapport à mes prédécesseurs", a-t-il soutenu".

"J'ai expliqué qu'en Allemagne, nous savons que nous devons faire plus et c'est ce que nous faisons depuis un certain temps", a affirmé la chancelière allemande Angela Merkel.

Mort de Naomi Musenga : le parquet va ouvrir une information judiciaire
Les parents de Naomi Musenga devaient être reçus ce mercredi soir avec leurs avocats à Paris au ministère des Solidarités et de la Santé d'Agnès Buzyn.

"L'Alliance est " très puissante " et " beaucoup plus qu'elle ne l'était voici deux jours ", a-t-il encore dit. "Nous y serons en 2025", a affirmé la ministre des Armées Florence Parly, présente à Bruxelles avec ses homologues des 28 autres pays membres. "Nous sommes pleinement en ligne avec ce qui a été acté dans la déclaration finale qui a été adoptée mercredi de manière consensuelle", a-t-elle argué. Entre l'annexion de l'Ukraine et de la Crimée, les démonstrations de force en Suède, pays partenaire de l'OTAN, ou encore l'intervention de Vladimir Poutine en Syrie: les Européens craignent le pire.

Le président américain Donald Trump prévoit de promouvoir les exportations de gaz naturel liquéfié lors d'un sommet à Varsovie le 6 juillet prochain, aux côtés d'une douzaine de dirigeants d'Europe centrale et de l'Est, une région fortement dépendante du gaz russe.

Selon le journal, qui cite des responsables américains anonymes, Washington insiste pour mettre par écrit ses inquiétudes concernant l'ingérence russe présumée dans l'élection de 2016 aux États-Unis.

Si les chiffres publiés par l'Union européenne (UE) montrent que la Russie compte en effet pour 50 à 75% des importations de gaz de l'Allemagne, le gaz représente en réalité moins de 20% des sources énergétiques de l'Allemagne.

Recommande: