" "Donald Trump conseille à Theresa May de " poursuivre " l’Union européenne en justice

17 Juillet, 2018, 13:26 | Auteur: Armand Coulomb
  • Selon Donald Trump, la reine estime que le Brexit est un

La Première ministre britannique, Theresa May, a déclaré dimanche, que le président américain Donald Trump lui a conseillé de "poursuivre en justice" l'Union Européenne dans les négociations sur la sortie de son pays (Brexit).

Perçu par les tenants d'un Brexit dur comme un dévoiement du référendum ayant décidé la sortie de l'UE en juin 2016, ce projet a provoqué les démissions fracassantes des ministres des Affaires étrangères, Boris Johnson, et du Brexit, David Davis, suivies d'autres défections dans les rangs conservateurs.

De son côté, le nouveau ministre du Brexit, Dominic Raab, rencontrera cette semaine le négociateur de l'UE Michel Barnier pour tenter de relancer les discussions sur le divorce, qui patinent depuis plusieurs semaines, notamment sur la question de la frontière en Irlande -le nord membre du Royaume-Uni devant être séparé du sud, membre de l'UE.

Les négociateurs doivent parvenir à un accord d'ici octobre, pour permettre aux parlements européens et britannique de le ratifier avant la concrétisation du Brexit, prévue le 29 mars 2019. Poursuivre l'UE. Ne pas aller dans les négociations, mais les poursuivre en justic.

Theresa May a tenté dimanche de calmer les critiques en prévenant que si son plan tombait à l'eau, il pourrait ne pas y avoir de Brexit du tout.

"Le temps est magnifique, et cet endroit est incroyable!", a ajouté le dirigeant, qui rejoindra ensuite Helsinki en Finlande où il retrouvera son homologue russe Vladimir Poutine. "C'est pourquoi je crois que nous devons tous nous rassembler derrière notre plan".

Même devant le but vide, Olivier Giroud n'y arrive pas(Vidéos)
Même s'il n'a pas marqué durant ce Mondial, Giroud pourra se targuer d'avoir tout donné pour aller au bout avec les Bleus. Enfin, il estime que les restrictions sur le jeu de l'équipe de France sont sans objet.

"Je me réjouis toujours d'entendre les préoccupations de mes collègues", a déclaré la Première ministre aux députés.

"Certains prévoient de voter pour des amendements qui nous lieraient à une union douanière permanente avec l'UE", souligne-t-elle.

Passé sans attendre du rôle de ministre à celui de poil-à-gratter, David Davis a estimé dans le Financial Times que le "plan de Chequers" mettrait "en péril les opportunités qu'offre le Brexit".

Dans une interview au tabloïd The Sun, Donald Trump a ainsi fait savoir qu'il ne signerait aucun accord commercial avec le Royaume-Uni si le projet de la Première ministre arrivait à son terme.

Theresa May va devoir aussi convaincre les europhiles, dont certains estiment que le "plan de Chequers" ne va pas assez loin dans le maintien d'une relation forte avec l'UE.

Plus à l'est à Edimbourg, la capitale de la nation septentrionale du Royaume-Uni, ce sont quelque 9.000 personnes, selon la police, qui ont défilé contre la visite de M. Trump au Royaume-Uni, sa première officielle en tant que président des Etats-Unis. "Le Parlement devrait rejeter cette solution".

Recommande: