La mère d'Oussama Ben Laden dit qu'il était un "enfant gentil"

04 Août, 2018, 19:52 | Auteur: Armand Coulomb
  • La mère de Ben Laden s'exprime pour la première fois

Alia Ghanem se rappelle également du départ de son fils pour l'Afghanistan où il a participé à la guérilla contre les forces armées soviétiques, sur fond de guerre froide et de confrontation avec les Etats-Unis.

"C'était un très bon enfant jusqu'à ce qu'il rencontre des gens qui lui ont lavé le cerveau". On peut appeler ça un culte. "Je lui disais toujours de rester loin d'eux, et il ne me disait jamais ce qu'il faisait, parce qu'il m'aimait tellement". Mais je ne pense pas être très fier de lui en tant qu'homme.

A la question de sa connaissance sur les activités terroristes de son fils, elle répond que "ça ne m'a jamais traversé l'esprit". "Nous étions dévastés (quand nous l'avons appris). Je ne voulais pas que cela arrive", a-t-elle ajouté avant de préciser qu'elle a vu son fils "pour la dernière fois en Afghanistan en 1999 ".

Une fois la mère absente de la pièce, les demi-frères présents continuent de relativiser ses propos, expliquant qu'une mère n'est jamais très objective. Elle l'aimait tellement, elle refuse de le tenir responsable. Car il y a 61 ans, Alia Ghanem donnait naissance à son premier-né: Oussama Ben Laden. À la place, elle blâme les autres autour de lui. "Elle ne voit que le bien en lui, elle n'a jamais vu le jihadiste en lui".

La Turquie menace les Etats-Unis de mesures de rétorsion
L'autre protagoniste dans cette affaire est Fetullah Gülen qui réside aux Etats-Unis et dont la Turquie réclame l'extradition. Donald Trump se met la Turquie à dos.

Le régime de Ryad s'est-t-il entendu avec ses alliés occidentaux - Washington et Londres - pour tourner la page Al-Qaïda et effacer des mémoires l'image d'un Ben Laden puissant et dominateur qui serait, à en croire sa propre mère, un pantin manipulable et malléable à merci? La famille du terroriste saoudien a longtemps été restreinte au territoire du Royaume, et muselée par le gouvernement.

Mais ses débuts en tant que djihadistes ne sont pas que source d'inquiétude. Âgé de 29 ans, il semble vouloir suivre les traces de son père. Je ne veux pas revivre ça.

Cet article a initialement été publié sur le HuffPost France.

Recommande: