Indra Nooyi quitte PepsiCo après 12 ans à la tête de l’entreprise

08 Août, 2018, 19:10 | Auteur: Basile Toussaint
  • Départ de l’emblématique patronne de PepsiCo, rare femme PDG d’une multinationale américaine

Elle-même restera présidente du conseil d'administration jusqu'au début de l'année 2019 pour assurer la transition. "Comme directrice générale, elle a fait croître notre chiffre d'affaires de plus de 80%, (.) et ajouté une nouvelle marque à un milliard de dollars quasiment tous les deux ans", a vanté Ian Cook, un membre du conseil d'administration.

Mme Nooyi laisse un groupe ayant réalisé un chiffre d'affaires de 63,5 milliards de dollars l'an dernier et pesant près de 165 milliards en Bourse.

Sur les 500 grosses entreprises américaines cotées à Wall Street, seules 25 sont dirigées par des femmes, comme le rappelle le cabinet Catalyst et relevé par le site 20minutes, ce mardi 7 août.

Indra Nooyi est aussi connue pour ses opinions politiques. Elle a également fait parlé d'elle suite à l'élection de Donald Trump, lorsqu'elle a relayé les craintes de sa famille et d'une partie de ses employés.

La circulation différenciée mise en place — Pollution à l'ozone
Dans le Sud-Est, l'air devrait également être chargé en ozone entre Carpentras, Aix-en-Provence et Marseille, selon Atmo Sud. Une bonne partie de l'Ain, de l'Ardèche, du Rhône , de l'Isère et de la Savoie sont en "vigilance rouge".

Cette indienne arrivée aux Etats-Unis en 1978 pour faire ses études à Yale grâce à une Bourse était entrée chez PepsiCo en 1994. La société a par exemple mis la main en 2008 sur 50% des parts de Sabra, spécialiste du houmous. Un an plus tard, elle acquiert Amacoco, qui produit des boissons à l'eau de coco.

Sans la volonté farouche d'Indra Nooyi, PepsiCo n'aurait peut-être pas conservé le profil diversifié dont Wall Street remettait en cause régulièrement la logique. Il a occupé différentes fonctions exécutives et de direction générale au cours de ses 22 ans de carrière chez PepsiCo. Une évolution dont le groupe américain cherche à compenser les effets en développant son activité de snacks. Sous sa férule, les actionnaires de PepsiCo ont vu leur retour sur investissement s'élever à 149%. D'autant que le secteur des boissons gazeuses non-alcoolisées demeure pénalisé en Amérique du nord par le déclin des ventes, les boissons sucrées étant liées à des maladies cardiovasculaires.

PepsiCo, comme Coca-Cola, se repose beaucoup sur l'augmentation de ses prix et l'introduction de nouveaux contenants afin d'arrêter l'érosion du chiffre d'affaires des sodas.

Recommande: