La coalition au pouvoir attend son candidat en RDC

08 Août, 2018, 14:48 | Auteur: Armand Coulomb
  • RDC : fin du conclave entre Kabila et son clan, l'annonce du candidat mercredi

Ouvertes le 24 juillet, les procédures de dépôts de candidature pour la Présidentielle du 23 décembre prochain se clôturent aujourd'hui à 16H. C'est en tous cas ce que prévoit le calendrier électoral.

Si le président en exercice cédait le pouvoir, ce serait une première dans l'histoire de cet immense pays instable gorgé de ressources minérales, où les transitions se sont toujours écrites dans la violence, en 1965, en 1997 et en 2001.

Sur les réseaux sociaux, le nom de l'ex-Premier ministre Augustin Matata Ponyo revenait souvent comme possible dauphin. Si la quasi-totalité des candidats ont déposé, du côté du président Kabila, aucun candidat n'a pour l'instant été officiellement endossé.

L'actuel ministre d'État en charge du plan est parmi les personnalités citées comme probable dauphin de Joseph Kabila.

Incendies en Californie : "Le Mendocino Complex" plus grand que New York
Le plus important d'entre eux, le " Mendocino Complex ", gagne du terrain dans le nord de l'Etat le plus peuplé des Etats-Unis ces derniers jours.

Certains grands noms de l'opposition dont Félix Tshisekedi, Jean-Pierre Bemba ou encore Vital Kamerhe ont déjà fait acte de candidature, dans les délais de la Commission électorale fixé à ce mercredi 8 août dès 15h30 GMT. Lambert Mende, porte-parole du gouvernement et membre de la Majorité présidentielle a toutefois annoncé que le candidat de la Majorité serait dévoilé mercredi.

Un autre opposant, Moïse Katumbi, affirme avoir été empêché de rentrer pour déposer sa candidature. Sa stabilité représente un enjeu pour toute la sous-région.

Au pouvoir depuis l'assassinat de son père en 2001, élu en 2006, réélu dans la contestation en 2011, M. Kabila ne peut pas briguer de troisième mandat selon la Constitution qu'il a lui-même promulguée en 2006. Avec ses neuf frontières et ses 2,3 millions de km2, ses réserves de cobalt au Katanga et ses dizaines de groupes armés actifs au Kivu, la RDC intéresse bien au-delà de ses frontière.

Ces derniers jours, le président Kabila a rencontré le président angolais Joao Lourenço à Luanda et a dépêché au Rwanda ses chefs du renseignements civils et militaires auprès du président Paul Kagame. "Les Etats-Unis tentent de faire pression sur sa famille (ndr: de M. Kabila) et ses finances", indiquait lundi le Financial Times.

Recommande: