Le Sénat rejette la légalisation de l’avortement — Argentine

11 Août, 2018, 12:29 | Auteur: Armand Coulomb
  • Le Sénat argentin vote sur l’avortement

Le matin du vote, juste devant le Sénat argentin, des manifestants laissaient éclater leur colère face aux policiers après le rejet des sénateurs, réputés plus conservateurs que leurs collègues députés qui avaient voté le texte de justesse, le 14 juin dernier.

Trente-huit sénateurs ont dit " non " au texte prévoyant l'interruption volontaire de grossesse (IVG) pendant les quatorze premières semaines de grossesse, trente et un ont voté en sa faveur et deux se sont abstenus, selon les résultats officiels.

Le vote a été accueilli par des feux d'artifice et des cris de joie parmi les militants anti-IVG rassemblés à Buenos Aires devant le Parlement, où se déroulaient les débats.

A l'autre extrémité de la place du Congrès, les mines étaient dépitées et les larmes coulaient sur les visages des partisans de la légalisation de l'avortement, d'autant plus déçus par ce vote que le Parlement ne pourra plus se prononcer sur la question avant 2020.

L'acteur Samy Nacéri blessé lors d'une bagarre dans un bar de Moscou
Une information que leur a confirmé le personnel du Sklifosovsky Emergency Medical Care Research Institute. Hier j'étais mort, aujourd'hui on m'invente un traumatisme crânien dû à une sois disant bagarre.

Dans une atmosphère festive, les militants pro et anti-IVG étaient mobilisés en nombre mercredi sur la place du Congrès à Buenos Aires, divisée en deux, à l'image de la société argentine sur la question l'avortement. Des affrontement ont eu lieu dans la soirée entre des pro-IVG et la police.

" Avortement légal à l'hôpital ", scandaient un groupe de jeunes femmes, portant des perruques vertes, la couleur du foulard triangulaire symbole de leur lutte. Mais le 9 août ne restera pas dans l'histoire du pays sud-américain comme la date de la légalisation de l'avortement.

Le Sénat est plus conservateur, car chacune des 24 provinces dispose de trois représentants quel que soit son poids démographique. En Amérique latine, il y n'y a que deux pays qui ont légalisé l'avortement en toute circonstance: l'Uruguay et Cuba, NDLR. Il est pourtant opposé à l'IVG. D'après les estimations, 500 000 avortements sont pratiqués chaque année, souvent dans des conditions d'hygiène très précaires. "C'est possible qu'on le propose".

Recommande: